Plein écran
© getty

Enceinte, Ashley Graham partage une photo de ses vergetures

Le mannequin, qui a annoncé qu’elle attendait son premier enfant, poursuit son combat en matière de body-positivisme.

Il y a quelques jours, le mannequin plus-size Ashley Graham annonçait une jolie nouvelle dans une vidéo partagée sur les réseaux sociaux. On peut y voir Ashley et son mari se tenir face à l’objectif et éloigner progressivement l’appareil jusqu’à laisser apparaître le ventre rond de la star de 31 ans. “Surpriiise!”, s’exclament ensuite les futurs jeunes parents.

L’Américaine ne compte pas arrêter son combat contre les diktats de la mode durant sa grossesse. Dimanche soir sur Instagram, Ashley Graham a posté un cliché de son corps nu en gros plan, dévoilant ses vergetures. “Pareil pareil, mais un peu différent”, a écrit le mannequin sous la photo.

Dans les commentaires, la démarche d’Ashley Graham a rapidement été saluée par les internautes, qui apprécient sa légendaire authenticité. “Magnifique maman”, “Je suis un homme et j’adore voir ça!” ou encore “Mon corps ressemble exactement à ça” sont autant de messages laissés sous la publication, qui encourage tout un chacun à accepter son corps tel qu’il est. 

  1. Après avoir consulté plus de 100 docteurs, il ne sait toujours pas de quoi il souffre

    Après avoir consulté plus de 100 docteurs, il ne sait toujours pas de quoi il souffre

    Depuis 2016, Bob Schwartz souffre d’insomnie. Chaque nuit, cet Américain de 59 ans se lève toutes les 90 minutes pour aller aux toilettes. En plus de ce problème urinaire nocturne, il souffre également d’hypertension artérielle, de troubles digestifs chroniques, de graves déséquilibres hormonaux et d’une perte de masse musculaire. Au total, Bob a consulté plus de 100 médecins qui ont tous été incapables de diagnostiquer la maladie qui le ronge.
  1. Bijoux, déco, Tupperware: comment expliquer le succès de la vente à domicile?
    Interview

    Comment expliquer le succès de la vente à domicile?

    À l’heure où l’on commande tout ce dont on a besoin, du pratique à l’inutile, en deux clics, y a-t-il encore de la place pour les ventes à domicile? Celles qui nous poussent à réunir quelques copines pour écouter une démonstratrice faire la description de produits qui vont changer notre quotidien, notre style, voire carrément notre vie. Si l'on s'intéresse aux chiffres, la réponse est oui. Rien qu’en 2018, 611 homeparties, toute marques confondues, ont été organisées en Belgique quotidiennement. “Homeparties”, c’est le mot qu’on utilise aujourd’hui pour désigner ce qu’à l’époque de nos mamans, on appelait “réunions” ou “démonstrations”. Qu’est-ce qui explique leur succès?