Plein écran
Marie Lopze, alias EnjoyPhoenix. © Instagram/@enjoyphoenix

EnjoyPhoenix de nouveau victime de cyberharcèlement: “On dirait un rat crevé”

“On dirait un rat crevé”, “t’es claquée”, “bourrelets sur le visage”, “elle a bien mangé à la cantine”... La YouTubeuse EnjoyPhoenix a été la cible de ces propos haineux à la suite d'une vidéo virale diffusée sur la plateforme par Gaëlle Garcia Diaz. 

Ce lundi 16 septembre, EnjoyPhoenix a partagé quelques-uns des messages haineux qui lui ont été adressés à la suite d’une séquence diffusée sur la plateforme de l’influenceuse Gaëlle Garcia Diaz. Dans celle-ci, Marie nommait le Youtubeur qui lui plaisait “le moins physiquement”, à savoir “Seb la frite”. 

Outrés par la réponse de la YouTubeuse, de nombreux internautes ont pris la parole sur les réseaux sociaux. Insultée sur son physique, et à nouveau victime de cyberharcèlement sur les réseaux sociaux, EnjoyPheonix a répondu à cette vague de haine sur Instagram. “Tous les goûts sont dans la nature, je ne plais pas non plus physiquement à plein de gens et tant mieux, putain heureusement qu’on n’a pas tous les mêmes goûts”, a-t-elle écrit. 

Combien de drames faut-il? 

“Élevons-nous et arrêtons de parler de “beau”, “moche”, “laide”, “dégueulasse”. Ces notions sont subjectives, la beauté est dans chacun de nous et elle n’apparaît pas de la même manière aux yeux de tous. Seb, je t’embrasse et excuse-moi si mes propos ont pu te blesser, ça n’a jamais été le but”, a-t-elle poursuivi. 

“Elle est passée de frappe à frappée au sol”, “La grosse bouffie”, “Elle avait un flow à l’époque, maintenant, elle est trop trop moche”... Par la suite, Marie a partagé une série d’insultes dont elle a été la cible après la diffusion de la vidéo. “Qu’est-ce qu’il se serait passé si je n’avais pas été soutenue et entourée à la lecture de ces tweets ? (qui ne sont d’ailleurs qu’une infime partie du lynchage actuel). Combien faut-il de drames pour que chacun prenne conscience du poids des mots ?”, a-t-elle alors conclu, invitant ses followers à la réflexion.