Et chez nous, existe-t-il aussi des quartiers homophobes?

VideoLa violence du reportage sur l'homophobie en banlieue parisienne diffusé jeudi dernier sur France 2 dans l'émission "Envoyé Spécial" a suscité de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux. La situation dans certains quartiers en France est-elle comparable à la Belgique? Existe-t-il, comme l'illustre tristement le reportage, certains quartiers plus hostiles que d'autres envers les gays et lesbiennes? L'homophobie est-elle plus ancrée dans certaines religions ou s'agit-il d'un phénomène global? Comment faire pour enrayer la discrimination et l'intolérance en raison de l'orientation sexuelle? Pour tenter de répondre à ces questions, nous avons donné la parole à Manoë, jeune Bruxellois victime d'une agression homophobe à Knokke en décembre dernier.

  1. Voici l’endroit de Belgique que vous verrez le plus sur Instagram cet été
    Blog

    Voici l’endroit de Belgique que vous verrez le plus sur Instagram cet été

    Notre journaliste Déborah Laurent est installée en Californie une grande partie de l’année. L’occasion pour 7sur7 de vous fournir l’information la plus rapide et la plus complète possible (merci le décalage horaire!). Elle passe l’été en Belgique et vous fait visiter le plat pays. D'autres bons plans en famille sont à retrouver sur son blog personnel Sea You Son (et sur Instagram ici, Facebook ici et YouTube ici). Nous vous proposerons chaque mardi l’un de ses articles de blog ici.
  2. Les cabinets des sexologues pris d'assaut: “Les couples sont sortis épuisés du confinement”

    Les cabinets des sexologues pris d'assaut: “Les couples sont sortis épuisés du confine­ment”

    Wim Slabbinck, 37 ans, est le sexologue le plus célèbre de Flandre. Il n’a jamais été aussi sollicité que depuis la fin du confinement. Il a 700 consultations par mois. Le coronavirus a fait exploser beaucoup de jeunes couples et a rendu la vie à deux difficile. Le thérapeute essaie de sauver les mariages en difficulté. Il reçoit en groupe au Citadelpark de Gand. Les listes d’attente pour les rendez-vous individuels sont interminables.