Plein écran
Steven Preddy et Martyn Hall

Homophobie : après l'Ouganda, le Royaume-Uni pointé du doigt

Après l'assassinat d'un militant homosexuel ougandais, dont le nom et la photo avaient été publiés par un magazine local, la Grande-Bretagne est à son tour au centre de la spirale homophobe.

Plein écran
David Kato, militant gay assassiné en Ouganda © ap

Un couple d'homosexuels britannique s'est vu interdit de séjour dans un hôtel de Cookham, à un peu plus de 50km de Londres.  Les gérants de l'hôtel ont évoqué des "convictions religieuses incompatibles" avec l'orientation sexuelle des deux touristes. Le couple avait effectué une réservation en ligne mais lorsque qu'il s'est présenté à la réception, Susanne Wilkinson leur a fait part de l'impossibilité de les accueillir chez elle, jugeant "inacceptable que deux hommes puissent partager le même lit au sein de sa propre maison". Malgré la relative politesse de la propriétaire des lieux et le remboursement des frais de réservation, Michaël Black, 63 ans, et John Morgan, 58ans, ont décidé de porter plainte symboliquement pour discrimination sexuelle afin de "s'assurer que personne ne puisse enfreindre la loi sans devoir rendre des comptes à la justice". Le couple a avoué n'avoir jamais fait face à ce genre d'attitude et être profondément attristé. "Les prescriptions religieuses  ne sont pas au-dessus des lois dans ce pays et si une personne craint de voir ses activités professionnelles entrer en conflit avec ses propres convictions, c'est qu'il est temps pour elle d'exercer un autre métier", ont-ils ajouté.

En cas de victoire, le couple lésé a promis de reverser le montant des indemnités à l'ONG Oxfam

C'est le deuxième cas similaire Outre-Manche, après l'épisode survenu dans une auberge de Cornouailles. Martyn Hall et Steven Preddy avaient alors déposé plainte et obtenu gain de cause. La justice avait infligé une amende de 3.700 euros sous forme de dommages et intérêts aux responsables du gîte. M. Bull et son épouse avaient justifié leur décision en prétextant appliquer ce genre de mesure à tout couple non marié, conformément à leurs convictions religieuses.

A.F.





  1. “13 reasons why” parle de l’avortement avec une honnêteté rarement vue à la télé

    “13 reasons why” parle de l’avortement avec une honnêteté rarement vue à la télé

    La troisième et avant-dernière saison de “13 reasons why” est à présent sur Netflix. On avait reproché à la série de faire l’apologie du suicide. La scène perturbante montrant les dernières secondes d’Hannah Baker a été supprimée. Outre le suicide, la série parle de harcèlement scolaire, d’agressions sexuelles, de fusillades de masse et on en passe. Dans le second épisode de la troisième saison, “13 reasons why” aborde le thème délicat de l’avortement avec une honnêteté rarement vue à la télévision. Attention, spoiler.