Plein écran
© ap

"Je t'aime, maintenant meurs": ce SMS fait-il d'elle une meurtrière?

En direct de SXSWC'est une relation amoureuse avec les codes de son époque. Michelle Carter, 17 ans, et Conrad Roy, 18, sont tombés amoureux mais ne se sont pas vus "plus de cinq fois". Ils ont bâti leur relation sur des milliers de sms, échangés à toute heure du jour et de la nuit, pendant deux ans, entre 2012 et 2014. Conrad, dépressif de longue date, a mis fin à ses jours en s'asphyxiant au volant du pick-up familial. Michelle connaissait ses plans et lui a même suggéré des idées pour se suicider rapidement et sans douleur.

Plein écran
© ap
Plein écran
© ap

Elle fut la dernière à lui parler. Lorsque Conrad a commencé à paniquer et est sorti de la voiture pour reprendre de l'air frais, elle l'a obligé par texto à remonter dans la voiture. "Get back in." Ce message la rend-t-elle responsable du décès de Conrad, 18 ans à l'époque? S'il n'avait pas rencontré Michelle, Conrad serait-il encore en vie?

La question a passionné les foules aux Etats-Unis. Et elle passionne encore aujourd'hui alors que Michelle purge une peine de 15 mois de prison. Elle n'a pas eu droit à un procès devant un jury populaire. Un documentaire réalisé par Erin Lee Carr et présenté à South By Southwest donne matière à réflexion. Michelle Carter peut-elle vraiment être tenue pour responsable du suicide de Conrad alors qu'elle n'était pas physiquement sur les lieux du drame et que Conrad avait déjà tenté de mettre fin à ses jours à plusieurs reprises? Quand la caméra se pose sur le visage fermé de cette jolie jeune fille, on s'interroge: est-elle le monstre dépeint par les médias ou a-t-elle agi en pensant aider celui qu'elle aimait?

Plein écran
© ap
Citation

C'est la combinai­son parfaite de tout ce que les gens détestent chez les adolescen­tes... Une chienne sans coeur qui a tué un gars pour devenir populaire.

Un journaliste d'Esquire qui a couvert le procès

"Elle voulait être la copine éplorée pour attirer la sympathie"
La première partie du documentaire donne la parole à l'accusation. Pour elle, il ne fait aucun doute que Michelle a poussé Conrad vers la mort pour avoir l'occasion de jouer "petite amie éplorée". Elle le savait fragile, déprimé. Il était sous traitement médicamenteux et avait déjà essayé de se suicider à plusieurs reprises. Michelle avait peu d'amis et voulait désespérement être aimée. Elle était consciente que les gens la rejetaient. Pour l'accusation, les sms que Michelle a envoyés à Conrad ne laissent aucun doute quant à leur interprétation. "Je t'aime. Fais-le maintenant." 

L'accusation estime que Michelle a menti à tout le monde. Alors qu'elle savait que Conrad était mort, elle demandait aux gens s'ils avaient des nouvelles de lui. Elle voulait qu'on la plaigne et qu'on la soutienne. "C'est la combinaison parfaite de tout ce que les gens détestent chez les adolescentes", confie un journaliste d'Esquire qui a couvert le procès. "Une chienne sans coeur qui a tué un gars pour devenir populaire." Devant le tribunal, une passante crie au passage de Michelle: "Tue-toi".

Plein écran
© ap

Mais ce n'est pas aussi évident que ça en a l'air
La deuxième partie du documentaire offre une seconde lecture à ce portrait définitif. Une image nettement plus nuancée de la jeune fille. "Vous êtes le jury", a confié la réalisatrice, avant la projection. On apprend que si Conrad était sous traitement pour ses problèmes d'anxiété, Michelle prenait également du Prozac depuis l'âge de 14 ans. Selon son psychiatre, à cause des médicaments, Michelle ne distinguait plus le bien du mal. Ou du moins, elle croyait vraiment aider son amoureux, qui lui disait régulièrement à quel point il souhaitait mourir. Ce n'est pas elle qui lui a mis cette idée en tête. Elle ne voulait pas le perdre mais elle voulait être là pour lui, afin "qu'il soit heureux". Elle l'a donc soutenu dans son projet et encouragé à atteindre son objectif.

Des SMS troublants... inspirés de "Glee"
Michelle était sûrement en plein fantasme. Un journaliste qui a suivi l'affaire de près a découvert que certains des SMS que Michelle envoyait à Carter étaient des phrases entendues dans la série "Glee". Des extraits de la série sont superposés aux textos de Michelle et effectivement, c'est troublant. Michelle adorait Lea Michele, l'actrice principale, et quand Cory Monteith, son fiancé à l'écran comme dans la vie, est mort d'une overdose, Michelle a pu mélanger fiction et réalité. Elle fantasmait sa vie, elle s'est inventée une tragédie. L'histoire de Roméo et Juliette revient aussi régulièrement dans ses échanges avec Conrad. 

Le documentaire nous raconte aussi le chagrin de la famille de Conrad. Ses proches sont en deuil et ont besoin d'un coupable. Il est impensable pour eux que Conrad ait décidé de les abandonner. C'est en tout cas l'histoire qui leur permet de tenir le coup.

"Immoral mais pas illégal"
Pour la plupart des gens interrogés par Erin Lee Carr, ce que Michelle a fait est "immoral" mais pas "illégal". Malgré tout, la Cour a rejeté l'appel de la jeune fille et l'a envoyée en prison. Lors de la projection à SXSW, la réalisatrice a interrogé l'audience: qui aurait envoyé Michelle en prison? Trois personnes à peine ont levé la main... Si Michelle avait été jugée par un jury populaire, elle serait probablement libre aujourd'hui. Avec "I love you, now die", Erin Lee Carr rappelle qu'avec les mêmes éléments, deux versions de l'histoire sont possibles. C'est passionnant.