Plein écran
© Getty Images

“KimOhNo”, le hashtag pour dénoncer la nouvelle marque de lingerie de Kim Kardashian

“Kimono”, la nouvelle gamme de culottes gainantes imaginée par Kim Kardashian provoque un tollé sur Twitter. Le nom choisi pour la ligne ne plaît pas du tout aux Japonais qui accusent la star d’appropriation culturelle.

Après le succès de sa ligne de maquillage, Kim Kardashian s’attaque au marché du textile avec une gamme de culottes et soutiens-gorge gainants. “Je peux enfin vous dévoiler le projet sur lequel je travaille depuis un an”, écrit la star de téléréalité en légende d’une photo promotionnelle sur son compte Instagram. “Il est arrivé tellement de fois que je ne trouve pas de couleur similaire à celle de ma peau. Nous avions besoin de ça.” 

Jusqu’ici l'initiative semble partir d'un bon sentiment et devrait répondre aux attentes de bon nombre de femmes. Mais certains internautes n’ont pas apprécié le nom choisi pour la gamme, à savoir “Kimono”. La célébrité est accusée d’appropriation culturelle, comprenez l’utilisation d’éléments d’une culture par les membres d’une culture jugée “dominante”. 

“Respecte notre culture”

Utiliser le nom d’un vêtement traditionnel  pose problème pour de nombreux internautes, qui ont d’ailleurs créé le hashtag “KimOhNo”. 

“Ma culture n’est pas ta lingerie”, “S'il te plaît, respecte notre culture” ou encore “C’est notre culture et notre tradition” sont autant de messages laissés sur Twitter à destination de Kim Kardashian qui, à l’heure où nous écrivons ces lignes, n’a pas encore répondu. 

  1. “La preuve que les influenceurs sur Instagram gâchent tout”

    “La preuve que les influen­ceurs sur Instagram gâchent tout”

    C’est une attraction majeure à Bali: le temple Pura Lempuyang Luhur est surnommé “les portes du ciel”. Il apparaît régulièrement sur les photos des influenceurs du monde entier. Ce qui pousse les gens à le visiter. Récemment, une touriste déçue a crié sa colère sur les réseaux sociaux. Sur les photos des stars d’Instagram, on pourrait croire à l’existence d’un large plan d’eau au pied du temple. En réalité, ce n’est qu’un morceau de gazon qui accueille les visiteurs. Le plan d’eau est en fait une illusion donnée par un jeu de filtres et de lumière.