Plein écran
"Ces 20 dernières années, le temps consacré par les femmes à la garde d'enfants et aux travaux domestiques non rémunérés n'a pratiquement pas diminué et celui des hommes n'a augmenté que de huit minutes par jour", a relevé Manuela Tomei, directrice du département des Conditions de travail et de l'égalité de l'OIT. © getty

"L'égalité hommes-femmes au travail est possible si les hommes en font plus à la maison"

Les disparités professionnelles entre hommes et femmes n'ont pas connu de véritable diminution depuis un quart de siècle et la situation ne changera que lorsque les hommes assumeront davantage de tâches à domicile, a estimé jeudi l'ONU.

L'Organisation internationale du Travail (OIT) a révélé dans un nouveau rapport que l'écart entre les taux d'emploi des hommes et des femmes n'a diminué que de moins de deux points de pourcentage au cours des 27 dernières années.

En 2018, la probabilité que les femmes aient un emploi était inférieure à celle des hommes de 26 points de pourcentage, malgré des sondages qui indiquent que 70% des femmes préféreraient travailler plutôt que de rester à la maison.

Dans son rapport publié avant la Journée internationale de la Femme le 8 mars, l'OIT a souligné qu'il y avait plusieurs facteurs bloquant l'égalité dans l'emploi et que "celui qui pèse le plus est la garde d'enfants".

Encore 200 ans avant d'atteindre l'égalité?
"Ces 20 dernières années, le temps consacré par les femmes à la garde d'enfants et aux travaux domestiques non rémunérés n'a pratiquement pas diminué et celui des hommes n'a augmenté que de huit minutes par jour", a relevé Manuela Tomei, directrice du département des Conditions de travail et de l'égalité de l'OIT. A ce rythme, a-t-elle ajouté, "il faudra plus de 200 ans pour parvenir à l'égalité des temps consacrés aux activités de soin non rémunérées".

Selon le rapport, 647 millions de femmes en âge de travailler (soit 21,7%) dans le monde sont, à plein temps, prestatrices non rémunérées de soin à autrui, et ce pourcentage monte à 60% dans les pays arabes. En comparaison, seuls 41 millions d'hommes (1,5%) se livrent à ce genre d'activité. Cette inégalité conduit les mères à subir une "pénalisation professionnelle de la maternité" face à l'emploi, tandis que les pères jouissent d'une prime salariale, poursuit le rapport.

Dans le même temps, l'écart de rémunération entre hommes et femmes se stabilise à environ 20% dans le monde, voire près du double dans des pays comme le Pakistan et l'arabie Saoudite.

"Quand les hommes participent davantage aux activités de soin non rémunérées, on trouve davantage de femmes aux postes de direction", a souligné Mme Tomei. "Nous ne parviendrons pas à un avenir du travail avec la justice sociale dont nous avons besoin à moins d'accélérer les actions visant à améliorer les progrès en matière d'égalité des genres au travail", a conclu le Directeur général de l'OIT, Guy Ryder. "Nous savons déjà ce qui doit être fait."

  1. Après avoir consulté plus de 100 docteurs, il ne sait toujours pas de quoi il souffre

    Après avoir consulté plus de 100 docteurs, il ne sait toujours pas de quoi il souffre

    Depuis 2016, Bob Schwartz souffre d’insomnie. Chaque nuit, cet Américain de 59 ans se lève toutes les 90 minutes pour aller aux toilettes. En plus de ce problème urinaire nocturne, il souffre également d’hypertension artérielle, de troubles digestifs chroniques, de graves déséquilibres hormonaux et d’une perte de masse musculaire. Au total, Bob a consulté plus de 100 médecins qui ont tous été incapables de diagnostiquer la maladie qui le ronge.
  1. Bijoux, déco, Tupperware: comment expliquer le succès de la vente à domicile?
    Interview

    Comment expliquer le succès de la vente à domicile?

    À l’heure où l’on commande tout ce dont on a besoin, du pratique à l’inutile, en deux clics, y a-t-il encore de la place pour les ventes à domicile? Celles qui nous poussent à réunir quelques copines pour écouter une démonstratrice faire la description de produits qui vont changer notre quotidien, notre style, voire carrément notre vie. Si l'on s'intéresse aux chiffres, la réponse est oui. Rien qu’en 2018, 611 homeparties, toute marques confondues, ont été organisées en Belgique quotidiennement. “Homeparties”, c’est le mot qu’on utilise aujourd’hui pour désigner ce qu’à l’époque de nos mamans, on appelait “réunions” ou “démonstrations”. Qu’est-ce qui explique leur succès?