Plein écran
© Getty Images/iStockphoto

La banalisation des violences pendant les actes sexuels consentis:“Un homme a essayé de m'étrangler”

La violence lors des rapports sexuels consentis se banalise, comme l’affirme une étude de la BBC. Plus d’une Britannique sur trois de moins de 40 ans a déjà subi des violences non voulues lors d’une relation sexuelle. 

Des crachats, des gifles, des étranglements... Plus d’un tiers des femmes britanniques de moins de 40 ans a déjà subi des violences non-désirées lors d’un rapport sexuel consenti. C’est ce que rapporte une étude menée par la BBC. Parmi elles, 20% affirment avoir été bouleversées ou apeurées par cette expérience.

“J’étais choquée. Je me sentais mal à l’aise et humiliée. Si quelqu’un vous frappait ou vous étranglait dans la rue, ce serait considéré comme une agression”, a confié Anna, 23 ans, à nos confrères de la BBC. La jeune Britannique a connu la violence à trois reprises, des mains de trois partenaires différents. 

Ces violences ont débuté des cheveux tirés et des gifles. Puis l’homme a tenté de lui mettre les mains autour du cou. Ce n’est que lorsqu’Anna en a parlé à ses amis qu’elle s’est rendu compte à quel point ces actes étaient banalisés. “Je sais que certaines femmes vont dire qu’elles aiment ces pratiques. Mais le problème est que des hommes sont persuadés que nous aimons toutes ça”, regrette-t-elle.

“Choquée et terrifiée”

Emma avait, quant à elle, la trentaine et sortait d’une relation à long terme lorsqu’elle a eu une aventure d’un soir. “On a fini au lit et pendant l’amour - sans prévenir - il a commencé à m’étrangler. J’étais vraiment choquée et terrifiée. Je n’ai rien dit à l’époque parce que je me sentais vulnérable, comme si cet homme pouvait me dominer.”

La jeune femme fait un lien entre ce comportement et l’influence de la pornographie. “C’était comme si c’était des choses qu’il avait vues en ligne et qu’il voulait jouer dans la vraie vie.”

Contraintes 

Savanta ComRes, bureau d’études londonien, a interrogé 2.002 femmes britanniques âgées entre 18 et 39 ans, leur demandant si elles avaient déjà subi des violences durant un acte sexuel consenti. 38% des personnes sondées ont confié avoir déjà été la cible de ce type d’actes à plusieurs occasions, le partenaire n’ayant pas eu leur consentement à au moins une reprise. 31% de femmes victimes d’agressions affirment n’avoir jamais octroyé à leur compagnon le droit de s’adonner à de telles violences. 31% ont alors déclaré qu’elles n’avaient eu aucune expérience du genre, ne savaient pas ou préféraient ne pas dire. 

La recherche a également démontré que 42% des personnes qui avaient été giflées,  étouffées, bâillonnées ou cibles de crachats lors de rapports sexuels consentis se sentaient contraintes ou forcées à le faire.

  1. Où acheter des cadeaux de Noël durables?

    Où acheter des cadeaux de Noël durables?

    Comment poursuivre une démarche éthique et écologique pendant la période des fêtes? Si de plus en plus de produits alternatifs, issus de créateurs et d’entrepreneurs belges, existent, ce n’est pas toujours facile de trouver son bonheur. Et pourquoi pas faire d’une pierre deux coups? Les marchés de Noël durables font leur apparition en Belgique! Quoi de plus satisfaisant que de profiter de leur atmosphère chaleureuse pour trouver des cadeaux pour ses proches tout en encourageant la consommation de produits bien de chez nous?