Plein écran
© Facebook/Clotilde Vallée

La raison qui a poussé cette candidate Écolo à poser topless

Clotilde Vallée, une écologiste montoise, a partagé sur sa page Facebook une photo d’elle de dos et topless, le majeur levé. La jeune femme de 19 ans explique les raisons derrière ce cliché. 

“C’est un grand risque que je prends en postant cette photo. Celle-ci a été réalisée lors de mon voyage rhéto, la semaine dernière.” C’est par ces mots que débutent les explications qui accompagnent la photo de Clotilde Vallée, la montrant topless et le majeur dressé. 

La candidate Écolo explique que sa jeune expérience en politique lui a permis de comprendre une chose concernant la société actuelle: “elle est hypocrite”. “Il y en a qui soutiennent l’égalité homme-femme mais une fois qu’ils voient un téton féminin c’est le choc!”, poursuit celle qui est 5e suppléante dans la circonscription de Mons-Borinage pour les régionales sur la liste Ecolo. 

Son corps, sa propriété

La jeune écologiste pose alors une question à ceux qui pensent que le corps d’une femme est un objet et qu’il ne lui appartient pas: “Avez-vous pensé à votre mère en disant ça? À votre fille? À votre sœur? Son corps, c’est SA propriété et elle en fait ce qu’elle veut!”, écrit-elle, tout en précisant avoir croppé la photo de manière à faire disparaître son “derrière en culotte” car “la société n’est pas encore prête à changer”.

Clotilde conclut alors en disant qu’elle aimerait que cette photo serve d’exemple à toutes celles qui n’ont pas confiance en elles ou qui ont peur. “Vous êtes belles! Vous êtes vous! Et ce qui importe le plus! Personne n’a le droit de vous juger sur votre poids, sur votre façon d’être!” Un discours dans la lignée du mouvement “body positivism” et qui fait écho à d’autres prises de parole, à l’instar de celle d’Emily Ratajkowski contre l’interdiction de l’IVG en Alabama.

  1. Bijoux, déco, Tupperware: comment expliquer le succès de la vente à domicile?
    Interview

    Comment expliquer le succès de la vente à domicile?

    À l’heure où l’on commande tout ce dont on a besoin, du pratique à l’inutile, en deux clics, y a-t-il encore de la place pour les ventes à domicile? Celles qui nous poussent à réunir quelques copines pour écouter une démonstratrice faire la description de produits qui vont changer notre quotidien, notre style, voire carrément notre vie. Si l'on s'intéresse aux chiffres, la réponse est oui. Rien qu’en 2018, 611 homeparties, toute marques confondues, ont été organisées en Belgique quotidiennement. “Homeparties”, c’est le mot qu’on utilise aujourd’hui pour désigner ce qu’à l’époque de nos mamans, on appelait “réunions” ou “démonstrations”. Qu’est-ce qui explique leur succès?