Plein écran
© Getty Images/iStockphoto

La tradition à piquer aux Danois pour aider les enfants à arrêter la tétine

Au Danemark, une vieille tradition aide les enfants à se séparer de leurs tétines. Surnommés “arbres à tétines”, les enfants viennent y accrocher leur sucette sur les branches avant de leur dire adieu. 

Si vous vous rendez prochainement au Danemark, ne soyez pas étonnés de voir des tétines accrochées aux arbres. Il s’agit d'une tradition permettant aux enfants de laisser de côté leur vie de bébé en douceur. 

Quand arrive leur quatrième anniversaire, les petits Danois sont invités à se rendre dans un parc où se trouvent des “suttertræ” (ou “arbres à tétines”), afin d’y accrocher leur sucette. Souvent, les tétines sont accompagnées d’un mot d’adieu, un dessin ou encore un poème. Ce geste symbolique marque la fin de l’utilisation de la tute. Les enfants promettent alors de ne plus venir rechercher leur sucette.

Une idée qui inspire

La tradition danoise est depuis peu copiée un peu partout en Europe, notamment en France où les enfants ont la possibilité de laisser leur sucette sur un arbre en Vendée à la Roche-sur-Yon, ou encore dans les Hautes-Pyrénées à Aureilhan. Cette douce idée a également fait mouche auprès de parents belges. Il existe plusieurs “arbres à tétines” en Belgique, notamment à Tongres et Overijse

  1. Après avoir consulté plus de 100 docteurs, il ne sait toujours pas de quoi il souffre

    Après avoir consulté plus de 100 docteurs, il ne sait toujours pas de quoi il souffre

    Depuis 2016, Bob Schwartz souffre d’insomnie. Chaque nuit, cet Américain de 59 ans se lève toutes les 90 minutes pour aller aux toilettes. En plus de ce problème urinaire nocturne, il souffre également d’hypertension artérielle, de troubles digestifs chroniques, de graves déséquilibres hormonaux et d’une perte de masse musculaire. Au total, Bob a consulté plus de 100 médecins qui ont tous été incapables de diagnostiquer la maladie qui le ronge.
  1. Bijoux, déco, Tupperware: comment expliquer le succès de la vente à domicile?
    Interview

    Comment expliquer le succès de la vente à domicile?

    À l’heure où l’on commande tout ce dont on a besoin, du pratique à l’inutile, en deux clics, y a-t-il encore de la place pour les ventes à domicile? Celles qui nous poussent à réunir quelques copines pour écouter une démonstratrice faire la description de produits qui vont changer notre quotidien, notre style, voire carrément notre vie. Si l'on s'intéresse aux chiffres, la réponse est oui. Rien qu’en 2018, 611 homeparties, toute marques confondues, ont été organisées en Belgique quotidiennement. “Homeparties”, c’est le mot qu’on utilise aujourd’hui pour désigner ce qu’à l’époque de nos mamans, on appelait “réunions” ou “démonstrations”. Qu’est-ce qui explique leur succès?