Plein écran
© Getty Images/iStockphoto

La vaisselle en bambou potentiellement toxique

Dans une démarche écologique, les couverts en plastique jetables disparaissent peu à peu au profit d’ustensiles en bambou. Cependant, selon une enquête menée par “60 millions de consommateurs”, ceux-ci pourraient présenter des risques sanitaires.

À l’heure où le “green” a le vent en poupe, les couverts en bambou s’invitent de plus en plus sur les tables. Une solution écologique sans risques pour la santé? Selon une étude menée par le magazine français 60 millions de consommateurs, l’alternative serait potentiellement toxique.

Le problème se poserait au niveau de la nature même du bambou, qui est une plante et non un bois. Une ingénieure en santé environnementale interrogée par le média explique que “le bois peut être un matériau unique, par exemple taillé en forme de cuillère (...) le bambou est utilisé sous forme de fibres ou de poudre, nécessitant d’être agglomérées”. Pour les lier, les fabricants utilisent généralement une résine composée de mélamine et de formaldéhyde, initialement inoffensive pour la santé sauf lorsqu’elles sont de mauvaise qualité. Elles peuvent alors transférer leurs composants dans les aliments.

Des risques pour les reins 

Comme le rappelle 60 millions de consommateurs, au-delà d’un certain seuil de migration autorisé, la résine peut être nocive pour les reins. Aussi, le formaldéhyde est reconnu comme une substance cancérigène. 

Le problème n’est pas neuf. En 2013 déjà, une anomalie était par la Répression des fraudes en France, qui révélait à l’époque un taux de dysfonctionnement de 13,8 % de ces objets en bambou, évoquant alors déjà une migration des composants de la résine.

Dans le doute, le magazine français conseille de préférer des ustensiles en verre, en porcelaine ou en acier inoxydable. Et rappelle qu'il est déconseillé de réchauffer de récipients en bambou au four à micro-ondes, car la mélamine ne supporte pas la chaleur et peut libérer des substances toxiques dès 70°C.