Plein écran
© Getty Images

Les Belges toujours plus nombreux à faire leurs courses dans les pays voisins

Les Belges achètent pour 616 millions d’euros en alimentation et boissons dans les pays voisins, de plus en plus souvent en France.

Pour l’eau ou les céréales, nombreux sont les Belges à se rendre dans un pays voisins pour effectuer quelques courses à prix plus avantageux. Les nouveaux chiffres de GfK confirment que les Belges achètent plus fréquemment leur alimentation et leurs boissons à l’étranger, en moyenne 9 fois par an. En 2018, les Belges ont acheté pour un montant de 616 millions d’euros dans nos pays voisins, soit une augmentation de 4,6 % par rapport à 2017. Et c’est principalement en France que les Belges font leurs achats. 

“Stop à l’accumulation de taxes”

 Fevia, la fédération de l’industrie alimentaire belge, tire la sonnette d’alarme et appelle les futurs gouvernements à mettre un terme à l’accumulation d’accises et de taxes qui rendent les produits plus coûteux dans notre pays et qui nuisent à notre propre économie.  

Après une légère retombée suite aux contrôles frontaliers renforcés après les attentats en 2017, les distributeurs français poussent à nouveaux les Belges à traverser la frontière. 

Cette augmentation est moins soutenue aux Pays-Bas, probablement parce que les distributeurs néerlandais se sont installés dans notre pays ces dernières années et que les Pays-Bas ont augmenté la TVA au même niveau que notre pays. 

10 % plus cher qu’en France

En 2017, l’Observatoire des prix a fait une comparaison entre les prix dans les magasins belges par rapport aux pays voisins. Il en ressortait déjà que les produits alimentaires en Belgique sont en moyenne 10,3 % plus chers qu’en France, 11,7 % plus chers qu’aux Pays-Bas et 10,2 % plus chers qu’en Allemagne.

Pourquoi plus cher? 

“Nous constatons, tout comme l’Observatoire des prix et un mémorandum récent du Comité consultatif Spécial Alimentation du Conseil Central de L'Économie, que nous sommes beaucoup trop chers avec une politique fiscale qui accumule les taxes et les accises. La taxe emballages, ladite « taxe santé », sans oublier les accises plus élevées sur l’alcool: voici ce qui rend les produits plus coûteux dans notre pays et qui fait disparaître le pouvoir d’achat à l’étranger. Par conséquent, nos propres entreprises ont enregistré une baisse des ventes de 5,3 % sur le marché intérieur l’année dernière”, avance Bart Buysse, CEO de Fevia.