Plein écran
© Getty Images/iStockphoto

Les effets méconnus de la pilule contraceptive sur le cerveau

Bien que cela n’ait pas été confirmé scientifiquement, on soupçonne la pilule de provoquer des sautes d’humeur et des dérèglements sur le corps. Les effets de cette contraception seraient-ils plus importants encore? Une psychologue américaine s’est intéressée aux impacts de la pilule sur le cerveau des femmes.

La pilule est le troisième moyen de contraception le plus utilisé au monde. Celle-ci aurait des effets importants sur le cerveau, à en croire les recherches de la psychologue américaine Sarah E. Hill. Après avoir constaté un changement de son état mental une fois qu’elle a arrêté l’utilisation de sa pilule contraceptive, la psychologue s’est intéressée pendant dix ans aux études qui ont été réalisées à travers le monde sur la question. Des découvertes qu’elle a rassemblées dans son livre “This is your brain on birth control” (“Votre cerveau sous les effets de la pilule contraceptive”). 

Ainsi, la psychologue a analysé des études qui comparaient des femmes utilisant la pilule à des enfants ayant un cycle menstruel naturel. Ces recherches ont prouvé que le comportement amoureux des femmes qui prennent la pilule est différent pendant la première phase d'un cycle naturel. Un pic d'œstrogène pousse les femmes à être attirées par un certain type d'hommes: présentant une mâchoire carrée, un visage symétrique, un corps symétrique et une voix graves. Ces éléments sont des marqueurs de testostérone. 

Anxiété et dépression

Selon les recherches de Sarah E. Hill, les hommes présentant le plus ces éléments plaisent plus aux femmes qui ne prennent pas la pilule. Tandis que les femmes qui utilisent ce moyen de contraception seront attirées par des hommes montrant moins de marqueurs de testostérone. 

Les femmes qui prennent la pilule sont sous l’influence de molécules ressemblant aux hormones sexuelles féminines. En réaction, le cerveau changerait ses priorités. Au lieu de favoriser l’attirance, il va miser sur l’intelligence et la sécurité financière, permettant à la femme de se préparer à une éventuelle future grossesse. 

Le livre de la psychologue américaine nous affirme également que la pilule a un effet sur la réponse du cerveau face au stress. Elle modifierait le taux de l’hormone du stress, le corisol. Aussi, la tendance à se sentir triste sans raison s’expliquerait par la prise de cette contraception. Si certaines ne sont pas sensibles aux effets de la pilule, d’autres peuvent ressentir de l’anxiété et se sentir déprimée. C’est notamment le cas des adolescentes et des femmes sujettes à la dépression.