Plein écran
© Getty Images/iStockphoto

Les hommes et les femmes mentent pour des raisons différentes

Que celui qui n’a jamais menti nous jette la première pierre. Nous mentons tous. En moyenne, deux fois par jour. Mais pourquoi le faisons-nous? 

“Mentir, c’est donner une fausse image à quelqu’un d’autre, tout en sachant secrètement que ce n’est pas bien”, dit Sophie van der Zee, chercheuse en mensonges à l’Université Erasmus de Rotterdam. Avec la BBC, elle a réalisé le documentaire “A week of living truthfully” dans lequel les participants devaient rester honnêtes pendant une semaine. Ce qui n’a pas été évident pour tous les protagonistes. 

Ne rien dire, c’est aussi mentir

Les mensonges se présentent sous différentes formes et importances. Il nous arrive de raconter des histoires qui sont complètement inventées. Mais nous aimons aussi exagérer les événements ou les situations. 

On peut aussi mentir en ne disant rien. De cette façon, on choisit délibérément de ne pas divulguer des informations, ce que l’on appelle le mensonge de la dissimulation. “Vous ne dites pas délibérément quelque chose. Vous savez que cela donne à l’autre personne une image déformée de la réalité. C’est aussi mentir”, dit Van der Zee.

Mais pourquoi le faisons-nous? Selon Van der Zee, les hommes et les femmes mentent pour des raisons différentes. “Les hommes mentent pour faire semblant d’être meilleurs qu’ils ne le sont réellement ou pour se sortir de quelque chose. Les femmes disent plus de mensonges sociaux. Elles mentent plus souvent pour quelqu’un d’autre que pour eux-mêmes, par exemple pour ne pas blesser quelqu’un ou pour être aimées. Les mensonges portent aussi plus souvent sur des choses immatérielles.”

“Je suis en route, j’arrive” 

Les champions du mensonge sont les adolescents, d’après Sophie Van der Zee. “Le point culminant se situe à l’époque des études. C’est une période où il est important d’impressionner les autres. Après ça, c’est de moins en moins le cas. Les gens plus âgés ne mentent plus autant.”

L’un des mensonges les plus répandus est “Je suis en route” ou “J’arrive”. Selon Van der Zee, c’est rarement vrai. “Ça veut dire que je fais autre chose.” 

Si nous sommes doués pour les mensonges, nous le sommes moins lorsqu'il s’agit de les reconnaître. On dit souvent que les menteurs ont tendance à détourner le regard ou à se gratter nerveusement le menton lorsqu’ils racontent un mensonge. Selon Van der Zee, c’est absurde. Elle fait justement des recherches pour savoir comment reconnaître les menteurs. Elle le fait au moyen d’une analyse du langage et d’une technique qui enregistre les mouvements d’une personne qui ment.

Est-ce que mentir est toujours une mauvaise chose? “Pas tout à fait. La recherche montre que mentir a ses avantages”, assure Van der Zee. Un mensonge sur votre profil Tinder ou votre CV peut vous amener à trouver un meilleur partenaire ou un meilleur emploi. “Mais si vous vous faites attraper, vous aurez probablement des problèmes.”

  1. Après avoir consulté plus de 100 docteurs, il ne sait toujours pas de quoi il souffre

    Après avoir consulté plus de 100 docteurs, il ne sait toujours pas de quoi il souffre

    Depuis 2016, Bob Schwartz souffre d’insomnie. Chaque nuit, cet Américain de 59 ans se lève toutes les 90 minutes pour aller aux toilettes. En plus de ce problème urinaire nocturne, il souffre également d’hypertension artérielle, de troubles digestifs chroniques, de graves déséquilibres hormonaux et d’une perte de masse musculaire. Au total, Bob a consulté plus de 100 médecins qui ont tous été incapables de diagnostiquer la maladie qui le ronge.
  1. Bijoux, déco, Tupperware: comment expliquer le succès de la vente à domicile?
    Interview

    Comment expliquer le succès de la vente à domicile?

    À l’heure où l’on commande tout ce dont on a besoin, du pratique à l’inutile, en deux clics, y a-t-il encore de la place pour les ventes à domicile? Celles qui nous poussent à réunir quelques copines pour écouter une démonstratrice faire la description de produits qui vont changer notre quotidien, notre style, voire carrément notre vie. Si l'on s'intéresse aux chiffres, la réponse est oui. Rien qu’en 2018, 611 homeparties, toute marques confondues, ont été organisées en Belgique quotidiennement. “Homeparties”, c’est le mot qu’on utilise aujourd’hui pour désigner ce qu’à l’époque de nos mamans, on appelait “réunions” ou “démonstrations”. Qu’est-ce qui explique leur succès?