Plein écran
© Mattel

Ni fille, ni garçon: Mattel lance les poupées non genrées

Intitulée “Creatable World”, la gamme du créateur de Barbie est composée de sept figurines ni fille, ni garçon ou un peu des deux. 

Soixante ans après le lancement de Barbie, la marque Mattel lance aux États-Unis sa première poupée non-genrée. “Les jouets reflètent la culture et comme le monde célèbre de plus en plus l’impact positif de l’inclusion, nous avons pensé qu’il était temps de créer une ligne de poupées sans étiquettes”, a déclaré Kim Culmone, Senior Vice President de Mattel Fashion Doll Design.

En créant la collection Creatable World, le fabricant a travaillé avec des experts, des parents et des enfants. La ligne se compose de six poupées, qui sont disponibles dans différentes couleurs de peau. C’est en fait l’enfant qui, grâce aux accessoires fournis, pourra donner un genre ou non à sa poupée. En effet, chaque kit contient une poupée, deux coiffures différentes et différents types de vêtements.

Plein écran
© Mattel

“Nous ne faisons pas de politique”

De plus, les figurines ne représentent pas un adulte, mais un enfant âgé de 7 ans, ne montrant aucun élément distinctif pouvant le rendre fille ou garçon. Ces poupées, vendues 29,99 dollars (environ 27 euros), sont destinées aussi bien aux filles qu’aux garçons, ainsi qu’aux enfants qui se définissent comme transgenres ou encore non-binaires.

“Nous ne faisons pas de politique”, a précisé le président de Mattel Richard Dickson. “Nous respectons les décisions des parents sur la manière dont ils souhaitent élever leurs enfants. Notre rôle est seulement de stimuler l’imagination”, a-t-il expliqué au magazine Time.

  1. De nombreux Belges ont recours à l'automédication pour raisons financières

    De nombreux Belges ont recours à l'automédi­ca­ti­on pour raisons financiè­res

    Plus de deux tiers des Belges francophones ont eu recours en 2019 à l'automédication, pour un rhume ou un état grippal par exemple, un résultat en augmentation de six points par rapport à 2014, ressort-il d'une étude de Solidaris, qui lit derrière ce résultat un renoncement aux soins pour raisons financières. Trois quarts (75,8%) des familles mono-parentales ont en effet recours à l'auto-médication.