Plein écran
Captures d'écran. © New Look

Payer plus cher pour une plus grande taille: “Pas acceptable, mais compréhensible”

Peut-être l’avez-vous déjà observé. Certaines marques de prêt-à-porter affichent des prix plus élevés pour des vêtements grande taille. Des enseignes comme New Look, H&M, Mango et Forever 21 sont accusés d’imposer une sournoise “taxe sur les graisses”. 

Trouver des vêtements lorsque l'on fait une “grande taille" n’est pas forcément chose aisée. Depuis peu, les magasins de prêt-à-porter proposent des collections “curves” similaires à leurs gammes classiques, à l’instar de la marque New Look. Une bonne chose, certes. 

Toutefois, cette enseigne a été pointée du doigt en mai 2018 par une cliente, dont le témoignage a été relayé par le quotidien britannique The Sun. Elle a constaté qu’un même pantalon était vendu sur le site à 22,99 livres en 36, contre 29,99 livre pour une taille 46 (soit environ 26 et 34 euros).

Suite à la polémique, l’entreprise a assuré qu’elle examinerait sa politique de prix. Depuis, des mois se sont écoulés et rien ne semble avoir changé. Nos confrères de Het Laatste Nieuws ont procédé à une comparaison. Pour un même t-shirt à l'effigie du Roi Lion, vous payerez 22,99 euros pour une grande taille contre 19,99 euros. Si la différence de prix n’est pas énorme, elle existe tout de même. 

Même constat du côté d’autres géants du textile. Comptez 15 euros supplémentaires pour une parka H&M noire si vous la choisissez en L. Chez Violeta, la collection “plus size” de Mango, les femmes qui ont une taille plus grande paient 20 euros de plus pour un pantalon noir en polyester. Chez Forever 21 cette fois, ils facturent 10 euros et parfois même plus pour la même robe dans leur gamme “grande taille”. 

Plein écran
© H&M
Plein écran
© H&M+

Demander plus pour les grandes tailles, justifié? 

Kim Seghers, de la marque belge Fox Factor spécialisée dans la création de jeans pour femmes rondes, dit connaître le problème mieux que quiconque. “On me dit souvent que nos jeans sont trop chers, alors que beaucoup d’autres marques demandent les mêmes prix et ne se concentrent même pas sur les femmes aux courbes. D’un point de vue commercial, il y a certainement des raisons pour lesquelles les vêtements plus grands coutent plus cher”, avance-t-elle. 

Tout d’abord, et assez logiquement, plus de tissu est nécessaire pour la création d'un pantalon “plus size”. “Pour un pantalon en taille 54, nous utilisons deux fois plus de tissu que pour un pantalon en taille 38". 

De plus, la qualité du textile diffère. “Nous accordons également beaucoup d’attention à la sélection de la matière. Chez les femmes rondes, le tissu est beaucoup plus important. Par exemple, il devrait être un peu plus épais pour que le jean ne s’use pas trop vite entre les jambes, mais en même temps il devrait avoir assez d’élasticité pour être confortable. Ça représente un coût.” 

Kim Seghers explique alors que de manière générale, les entreprises confectionnent dans un premier temps une taille “échantillon”. De ce modèle, sont ensuite créées les tailles plus grandes ou plus petites. “On ajoute environ trois centimètres de tissu à la taille pour une taille plus grande et on enlève trois centimètres pour une taille plus petite. C’est impossible de procéder de la sorte pour une collection “grande taille”. Si on faisait cela, un pantalon de taille 54 aurait l’air affreux. C’est pourquoi nous fabriquons un modèle différent pour chaque taille et nous devons l’ajuster séparément. La recherche et le développement, c’est beaucoup plus d’argent dépensé pour ça.”

“Je comprends, mais je ne le ferais pas”

Demander plus d’argent pour un modèle grande taille, logique? “Personnellement, je refuse résolument d’en demander plus pour nos pantalons dans les plus grandes tailles. Je pense que cela envoie un très mauvais signal, même si cela coûte plus cher en principe. C’est pourquoi nous essayons de trouver un bon terrain d’entente, de prendre une moyenne de toutes nos tailles et d’augmenter un peu les prix pour compenser les plus grandes tailles. C’est aussi parfaitement possible pour d’autres marques, mais probablement pas nécessaire pour les chaînes et leurs ventes. Parce que j’ai ma propre entreprise, je peux comprendre la différence de prix quelque part. Mais je ne l’appliquerais jamais moi-même.”

  1. Après avoir consulté plus de 100 docteurs, il ne sait toujours pas de quoi il souffre

    Après avoir consulté plus de 100 docteurs, il ne sait toujours pas de quoi il souffre

    Depuis 2016, Bob Schwartz souffre d’insomnie. Chaque nuit, cet Américain de 59 ans se lève toutes les 90 minutes pour aller aux toilettes. En plus de ce problème urinaire nocturne, il souffre également d’hypertension artérielle, de troubles digestifs chroniques, de graves déséquilibres hormonaux et d’une perte de masse musculaire. Au total, Bob a consulté plus de 100 médecins qui ont tous été incapables de diagnostiquer la maladie qui le ronge.
  1. Bijoux, déco, Tupperware: comment expliquer le succès de la vente à domicile?
    Interview

    Comment expliquer le succès de la vente à domicile?

    À l’heure où l’on commande tout ce dont on a besoin, du pratique à l’inutile, en deux clics, y a-t-il encore de la place pour les ventes à domicile? Celles qui nous poussent à réunir quelques copines pour écouter une démonstratrice faire la description de produits qui vont changer notre quotidien, notre style, voire carrément notre vie. Si l'on s'intéresse aux chiffres, la réponse est oui. Rien qu’en 2018, 611 homeparties, toute marques confondues, ont été organisées en Belgique quotidiennement. “Homeparties”, c’est le mot qu’on utilise aujourd’hui pour désigner ce qu’à l’époque de nos mamans, on appelait “réunions” ou “démonstrations”. Qu’est-ce qui explique leur succès?