Plein écran
© Getty Images

Pourquoi vous ne devriez pas prendre de décisions le ventre vide

“Désolé(e), j’avais faim.” Que celui qui n’a jamais regretté des mots prononcés alors qu’il avait le ventre vide nous jette la première pierre. Le fait d’avoir faim a bien plus d'impact sur notre comportement que l'on pourrait le croire. 

Une étude britannique a notamment montré que l’appétit peut avoir un impact considérable sur nos prises de décision. Une étude auprès de 50 participants âgés en moyenne de 21 ans a été menée par un groupe de scientifiques de l’Université de Dundee.

Les participants ont été interrogés sur des thèmes liés à la nourriture, à l’argent et d’autres récompenses lorsqu’ils étaient rassasiés et à nouveau, lorsqu'ils avaient sauté un repas. On leur a alors demandé s’ils préféreraient soit une barre chocolatée soit une somme d’argent, et ce, tout de suite ou s’ils étaient prêts à attendre quelques jours. Après avoir mangé les personnes étaient prêtes à attendre leur récompense pendant 35 jours pour que celle-ci soit doublée. Mais lorsqu’ils avaient faim, ils ne pouvaient attendre que trois jours sans qu’elle ne soit doublée.  

Des décisions rapides 

“Les gens savent généralement que lorsqu’ils ont faim, ils ne devraient pas faire leurs courses parce qu’ils sont plus susceptibles de faire des mauvais choix. Nos recherches suggèrent que cela pourrait avoir un impact sur d’autres types de décisions également. Supposons que vous alliez parler à un conseiller bancaire, alors que vous avez faim, vous pourriez vous préoccuper un peu plus de la satisfaction immédiate au détriment d’un avenir potentiellement plus rose”, explique le docteur Benjamin Vincent à l’initiative de l’étude, dans la revue Psychonomic Bulletin & Review

“Nous avons constaté que les préférences des gens passaient du long terme au court terme lorsqu’ils avaient faim, a-t-il également dit. “C’est un aspect du comportement humain qui pourrait être exploité par les spécialistes du marketing, de sorte que les gens ont besoin de savoir que leurs préférences peuvent changer lorsqu’ils ont faim.”