Plein écran
© Getty Images

Pourquoi vous ne sentez plus votre propre parfum

Tous les matins, vous vous parfumez mais au fil des semaines, vous ne remarquez plus la fragrance? C'est à cause de votre cerveau.

Entre vous et votre parfum, ça a été le véritable coup de foudre. Mais au fur et à mesure des semaines, votre fragrance préférée semble se faire de plus en plus discrète. Pourtant, les personnes que vous croisez continuent de vous complimenter sur le sillage que vous laissez derrière vous. 

Aucun danger à l'horizon
Vous vous demandez si votre nez s'est finalement habitué à votre parfum et pourquoi il n'est même plus titillé par celui-ci? La cause est ce qu'on appelle "l'adaptation olfactive" ou encore la fatigue du nez. Tel est le phénomène qui se produit lorsque le nez ne se sent pas en danger par une odeur! 

Concrètement, ce ne sont pas les narines qui en sont à l'origine, mais plutôt le cerveau. Les odeurs stimulent les millions de récepteurs olfactifs situés dans le haut du nez. Des messages nerveux naissent alors et sont envoyés par le nerf olfactif jusqu'au cerveau. Ce dernier va analyser la dangerosité de l'odeur. S'il n'y a rien à signer, il la bloque. 

Une solution?
C'est donc suite à ce phénomène que certains s'aspergent d'une quantité bien trop importante de parfum... Ils ne le sentent tout simplement pas. Mais quelle serait donc la solution pour continuer de sentir son propre parfum? En changer pendant un moment pour y revenir? 

"Une fois informé de la "non dangerosité" d'une odeur, le nez aura tendance à la traiter de la sorte de manière permanente", explique Romano Ricci, fondateur des parfums Juliette Has a Gun, cité par Glamour. "Donc même le fait de changer de parfum, puis de revenir à l'ancien, ne résoudrait le problème que très temporairement. Ce qui fait qu'il n'y a pas vraiment de solution au problème."

  1. Elle contracte une bactérie mangeuse de chair alors qu’elle n'a même pas mis le pied dans l’eau

    Elle contracte une bactérie mangeuse de chair alors qu’elle n'a même pas mis le pied dans l’eau

    Noelle Guastucci est la dernière personne à avoir contracté une bactérie mangeuse de chair aux États-Unis depuis le début de l’année. La Californienne a ressenti “une douleur atroce” au pied gauche le 4 juillet dernier. Son pied s’est mis à enfler tant et si bien qu’elle ne voyait plus ses orteils. “La douleur était horrible. Sur une échelle de 1 à 10, c’était un 11. J’avais l’impression que quelqu’un avait versé de l’acide sur mon pied.”