Plein écran
© Getty Images

Quelles sont les alternatives aux disques démaquillants trop polluants?

Depuis toujours, les disques démaquillants en coton trouvent leur place dans la salle de bain. Non seulement irritants pour la peau, mais également très polluants, les alternatives écologiques ne sont pas à négliger. 

Nous utilisons en moyenne six disques jetables en coton par jour pour nous démaquiller le visage, soit 180 cotons par mois ou 2.160 par an. Quand on sait que  la production de 30 disques demande 87 litres d’eau, 66,2 kW d’électricité pour le conditionnement et 1,7 litres de pétrole, on comprend l’intérêt des alternatives écologiques à ce produit. 

1 - L’huile démaquillante 

Pour se démaquiller, nombreuses sont les Asiatiques à opter pour une huile démaquillante. Elle peut être naturelle, comme l’huile de coco ou encore de jojoba, mais il existe également des solutions toutes prêtes disponibles dans les magasins bio. Le principe? Le gras attire le gras. On applique l’huile sur les mains et on passe sur le visage et les yeux. Pour faire disparaître le surplus de gras, on utilise alors une solution aqueuse. Par exemple, un nettoyant moussant. 

Plein écran
Cime - 13,88 euros. © Kazidomi

2 - Les carrés démaquillants 

Pour remplacer son coton, on peut se tourner vers des cotons lavables et réutilisables. Ces carrés démaquillants en tissu peuvent être utilisés avec de l’eau ou avec un démaquillant. Une fois sales, ils peuvent être passés en machine. Et ce, jusqu’à 300 fois. 

Plein écran
Les tendances d'Emma - 17,80 euros. © Kazidomi

3 - L’éponge Konjac

L’éponge Konjac fait partie de la routine beauté des femmes de Corée et du Japon. La plante de Konjac pousse en Asie et est connue pour ses nombreux bienfaits pour la santé. L’éponge de Konjac est fabriquée à partir de la racine. Elle se présente sous la forme solide à l’achat et doit être humidifiée sous l’eau chaude pendant 30 secondes pour la ramollir avant de l’utiliser comme nettoyant. On peut ajouter une noisette de nettoyant pour plus d’efficacité. Il suffit alors de passer l’éponge sur votre visage en réalisant de petits gestes circulaires. Son action exfoliante est douce et convient à tous les types de peau.

Plein écran
Lamazuna - 8,49 euros. © Kazidomi
  1. Après avoir consulté plus de 100 docteurs, il ne sait toujours pas de quoi il souffre

    Après avoir consulté plus de 100 docteurs, il ne sait toujours pas de quoi il souffre

    Depuis 2016, Bob Schwartz souffre d’insomnie. Chaque nuit, cet Américain de 59 ans se lève toutes les 90 minutes pour aller aux toilettes. En plus de ce problème urinaire nocturne, il souffre également d’hypertension artérielle, de troubles digestifs chroniques, de graves déséquilibres hormonaux et d’une perte de masse musculaire. Au total, Bob a consulté plus de 100 médecins qui ont tous été incapables de diagnostiquer la maladie qui le ronge.
  1. Bijoux, déco, Tupperware: comment expliquer le succès de la vente à domicile?
    Interview

    Comment expliquer le succès de la vente à domicile?

    À l’heure où l’on commande tout ce dont on a besoin, du pratique à l’inutile, en deux clics, y a-t-il encore de la place pour les ventes à domicile? Celles qui nous poussent à réunir quelques copines pour écouter une démonstratrice faire la description de produits qui vont changer notre quotidien, notre style, voire carrément notre vie. Si l'on s'intéresse aux chiffres, la réponse est oui. Rien qu’en 2018, 611 homeparties, toute marques confondues, ont été organisées en Belgique quotidiennement. “Homeparties”, c’est le mot qu’on utilise aujourd’hui pour désigner ce qu’à l’époque de nos mamans, on appelait “réunions” ou “démonstrations”. Qu’est-ce qui explique leur succès?