Plein écran
Sonia Dubois. © Capture d'écran/RTL Info

Sonia Dubois et les idées reçues sur l’alimentation: “On est gros, pas idiot!”

De 130 à 70 kilos en un an. Chroniqueuse de Frou Frou, ancienne émission de France 2, Sonia Dubois a perdu 60 kilos dans les années 90. Depuis, l’alimentation “passionne toute sa vie”. Pas étonnant dès lors de la voir de retour avec un sixième ouvrage qui aborde ce thème qui l’anime tant. Dans “Alimentation: Halte aux mensonges et aux idées reçues” (Editions de l’Archipel), la journaliste, qui n’a pas sa langue dans sa poche, dresse un état des lieux des mensonges et des préjugés en matière alimentaire.

En 30 ans, vous avez écrit cinq ouvrages sur l’alimentation. Vous revenez avec un nouveau livre sur le même thème. L’alimentation semble être la passion de votre vie. Comment l’expliquez-vous ?

Ah oui, l’alimentation anime et passionne toute ma vie. J’ai connu l’obésité et ensuite, j’ai appris à manger à déguster, à me nourrir, à cuisiner... Aujourd'hui, je me dois d’aider les autres avec ces livres, tellement ça me fait mal physiquement de voir des enfants gros, mais aussi leurs mamans perdues face à l'obésité. Quand vous êtes obèse, vous êtes forcément conscient qu’il y a un problème. On est gros, mais pas idiot! Par contre, on ne sait pas exactement ce qu’il faut faire pour s’en sortir. Ce nouvel ouvrage s’adresse à tout le monde, telle une petite bible sur les idées reçues. Pourquoi on ne pourrait pas manger d’œuf? L’huile de coco est-elle vraiment bonne? Comment le light fonctionne comme un leurre pour le pancréas.... On y parle de tout cela. 

 Certains de ces mythes vous ont-ils vous-même guidé à un moment donné de votre vie?  

Fatalement, j’ai comme beaucoup arrêté de manger des féculents. Ce livre part forcément d'un vécu. C’est d’ailleurs ce que je partage au début de chaque chapitre. C’est important de partir du particulier pour aller vers l’universel. Je suis très populaire, mais cela permet aux personnes qui me lisent de se comparer et de prendre conscience que nous avons tous le même vécu. 

Comment sont véhiculés ces mythes, selon vous? 

Ils sont surtout véhiculés par fainéantise. On se dit que comme on l’entend depuis toujours, c’est forcément vrai. On ne remet plus en cause ces idées reçues. Et puis, la nutrition est le parent pauvre chez les médecins. On n’a pas connu de grands progrès en la matière. Pour éviter des maladies liées à l’alimentation, la nutrition devrait être un secteur de pointe pour que l’on puisse travailler en amont.

Dans votre ouvrage, l’œuf semble particulièrement vous passionner. Vous dites d’ailleurs que ce serait le seul aliment que vous emporteriez sur une île déserte. 

Oh oui! L'œuf est l’aliment le plus mangé au monde, devant tout: le riz, le boulgour... Il est bon pour tout. D'où son succès. On peut l’utiliser sous plein de formes, en omelette, dans de la pâtisserie... C’est un miracle.

Et vous personnellement, combien en consommez-vous par semaine?

J’en mange tous les jours. C’est simple, j’en achète 18 par semaine. 

Et comment se porte votre cholestérol? 

Je n’ai aucun problème. L’œuf ne donne pas de cholestérol. Il contient du bon cholestérol que votre organisme élimine lui-même parce qu’il fabrique le sien. Et je vous le confirme. Je n’ai jamais eu de crise de foie et j’ai le fond des yeux blancs! 

Les régimes alimentaires “sans” sont particulièrement répandus ces derniers temps. Que vous évoquent-ils? 

L’homme est omnivore. On mange donc de tout. Si l’on se prive de quoi que ce soit, il y aura des conséquences. Aucune légumineuse ne contient autant de protéines que la viande. Arrêter la viande, c’est se mettre gravement en danger. 

Citation

Moi, je fais la guerre aux végans!

Sonia Dubois

Vous n’avez pas peur de vexer les végans? 

Je m’en fous que l'on dise que je fais la guerre aux vegans. Moi, je fais la guerre aux végans. Je ne permets à personne de casser des boucheries.

Votre livre s’adresse-t-il également à eux? 

Il est là pour tous les gens dans des dérives.

Ces régimes alimentaires vous ont-ils déjà tenté? 

Jamais. Tout simplement parce que je suis normale, équilibrée. 

Le seul ingrédient que vous avez totalement banni de votre alimentation est le sucre. L’ennemi n°1 comme vous l’appelez dans votre ouvrage... 

Le sucre est une addiction. L’être humain aime le sucre in utero. Et on en a partout, de façon cachée. Moi, je n’en consomme plus du tout. 

Cela vous manque? 

Atrocement! 

Vous consommez donc des alternatives ? 

Non, les alternatives marchent un temps, puis on y revient. Mieux vaut être radical.

Suite à toutes vos découvertes, quel est finalement le régime alimentaire que vous préconisez ?

Aucun ! C’est la diététique de tous les jours. Manger frais, de tout et en petites quantités, tout en bannissant la surconsommation et en évitant les grignotages.

À quoi ressemble une journée dans votre assiette? 

Je mange bien le matin: du beurre, du fromage… A midi, je prévois des légumes et des protéines animales. Et ensuite, je prends une collation entre 16h et 18h. C’est souvent une compote de fruits non-sucré. Par contre, je ne prends pas de repas le soir... Mais ne le faites pas! 

Pourquoi sautez-vous ce repas? 

Je fais partie de ceux qui mangent trop le soir, alors j’évite ce repas. Je ne suis pas capable de faire autrement. Je fonctionne comme cela depuis très très longtemps et je ne changerai pas. Impossible, je suis une vieille dame. Je ne changerai plus mes habitudes. (rires)

Depuis votre importante perte de poids il y a 30 ans, vous n’avez pas repris. Comment arrivez-vous à vous stabiliser? 

Les médecins m’interrogent beaucoup là-dessus. Je n’ai tout simplement jamais lâché la brique. Je ne voulais pas grossir. Et c’est encore le cas aujourd’hui. Je ne fais donc jamais d’écart. 

C’est votre secret? 

Je le pense. Et mon secret profite à tout le monde. 

  1. Où acheter des cadeaux de Noël durables?

    Où acheter des cadeaux de Noël durables?

    Comment poursuivre une démarche éthique et écologique pendant la période des fêtes? Si de plus en plus de produits alternatifs, issus de créateurs et d’entrepreneurs belges, existent, ce n’est pas toujours facile de trouver son bonheur. Et pourquoi pas faire d’une pierre deux coups? Les marchés de Noël durables font leur apparition en Belgique! Quoi de plus satisfaisant que de profiter de leur atmosphère chaleureuse pour trouver des cadeaux pour ses proches tout en encourageant la consommation de produits bien de chez nous?