Plein écran
© Getty Images

Souffrez-vous "d'agressivité mignonne", ou l'envie d'étouffer tout ce qui est mignon?

Des chercheurs ont essayé de savoir pourquoi on peut avoir envie d'écraser, de mordre ou de serrer quelque chose d'adorable, sans pour autant vouloir lui faire du mal..

"Le bébé d'une amie a de grands yeux, on dirait un petit canari. J'ai envie de frapper ce bébé. Il me met en colère tellement il est mignon. Je veux dire par là que je l'adore" L'actrice Leslie Bibb avait, en 2011, mis les mots sur ce sentiment étrange qui peut parfois nous habiter. Etrange oui, mais explicable, selon des chercheurs américains qui pensent savoir pourquoi ce phénomène existe.

Un trop-plein d'émotions
Dans Frontiers in Behavioral Neuroscience la semaine dernière, ils expliquent que l'agressivité mignonne peut permettre de guider un trop-plein d'émotions. À titre de comparaison, face à une stimulation forte, il vous est peut-être déjà arrivé de pleurer en étant heureux ou de rire en étant triste. La chercheuse Oriana Aragón avait déjà étudié la question en 2015. Elle a notamment prouvé que lorsqu'on montre des images de bébés et d'animaux mignons, le lien est bien réel entre le débordement d'émotions positives et la présence d'une forme d'agressivité.

"L'étude d'Aragón a préparé le terrain. Elle a été la première à montrer que ce phénomène était réel. Mais comme tout était basé sur le comportement, nous n'avions aucune idée des systèmes impliqués", explique Stavropoulos, la chercheuse qui a mené l'étude de la semaine dernière, pour Vice.

Système de récompense et système émotionnel
L'expérience de Stavropoulos et de ses collègues est très intéressante. Des volontaires ont été priés de regarder des photos de bébés animaux mignons, d'animaux adultes moins mignons, de bébés mignons et de bébés moins mignons. Ils devaient à chaque fois évaluer le niveau de "mignonnerie" de chaque image et dire s'ils ressentaient de l'agressivité. Pendant ce temps, l'activité dans leur cerveau a été enregistrée au moyen d'un électroencéphalogramme.

Ces enregistrements ont montré une activité cérébrale associée à une activité dans le système de récompense et dans le système émotionnel.

Un moyen de nous ramener à la vie
Le système de récompense concerne les sentiments positifs et le plaisir, dans le sens où cela donne envie de répéter la situation. Le système émotionnel peut reproduire plusieurs sentiments, le plaisir, mais également la colère, le dégoût et la tristesse. Dans ce cas précis, un lien a été établi entre l'intensité de l'activité émotionnelle et la présence d'agressivité.

Stavropoulos et Aragón se rejoignent ainsi sur cette hypothèse: l'agressivité mignonne est un facteur permettant de nous ramener à la vie face aux sentiments qui nous submergent. "C'est peut-être la façon pour notre cerveau de dire: 'Détendez-vous. Régulez vos émotions. Inspirez profondément', explique Stavropoulos.