Plein écran
© photo_news

Un Belge sur deux estime qu’il y a trop d’espaces publics réservés aux voitures

Se garer, un calvaire pour bon nombre de Bruxellois. Et pourtant, 52 % des habitants de la capitale pensent qu’il y a encore trop d’espaces publics réservés aux voitures. À l’échelle nationale, un Belge sur deux estime également que la voiture prend trop de place, d’après une étude menée par iVox auprès d’un millier de Belges. 

Selon l’étude menée par iVox, à la demande de la marque de bière Ginette, 38% des Belges assurent qu’ils utiliseraient leur vélo beaucoup plus souvent s’ils pouvaient le stationner dans un endroit sûr. Un chiffre similaire est observé à Bruxelles (39%).

Les répondants ne semblent donc pas contre l’idée de changer leurs habitudes. Toutefois, le sondage révèle que seulement 14% d’entre eux ont franchi le cap, utilisant le vélo pour leurs déplacements réguliers (au moins une fois par semaine).

Le vol de vélo, un cauchemar

Le manque d’emplacement sûr pour les deux-roues se solde également par une hausse des vols, véritable cauchemar pour les cyclistes. 47% des Belges estiment que le vol de vélo est un véritable problème dans leur région. À Bruxelles, ce même chiffre s’élève à 63%. 

 Au-delà des problèmes de vol, le manque d’emplacement définit a également un impact sur les passants. 62% des Belges estiment que les vélos attachés aux arbres, poteaux ou autre emplacement de fortune, gênent les usagers de la route, tels que les piétons.

Partant de ces chiffres, Ginette a souhaité rendre une partie de l’espace public aux vélos à l’occasion de la journée sans voiture, qui aura lieu ce dimanche 22 septembre. Et ce, en développant un prototype de parking mobile pour deux-roues. Ce prototype prendra ses quartiers au cœur de la place Poelaert afin de démontrer l’impact positif du remplacement d’une place de parking pour voiture à destination des vélos.

  1. La chose que je n’ai pas besoin d’apprendre à mon enfant contrairement aux parents afro-américains
    Blog

    La chose que je n’ai pas besoin d’apprendre à mon enfant contraire­ment aux parents af­ro-américains

    Notre journaliste Déborah Laurent est installée en Californie une grande partie de l’année. L’occasion pour 7sur7 de vous fournir l’information la plus rapide et la plus complète possible (merci le décalage horaire!). Et l’occasion pour elle de constater les différences culturelles impressionnantes avec notre plat pays et d’apprendre à vivre en famille loin de tous. Elle en parle sur son blog personnel Sea You Son (et sur Instagram ici, Facebook ici et YouTube ici). Nous vous proposerons chaque mardi l’un de ses articles de blog ici.
  2. Reprendre le sport après un accouchement? Oui, mais pas n’importe comment!

    Reprendre le sport après un accouche­ment? Oui, mais pas n’importe comment!

    Le sport, on le sait, est un atout non négligeable pour la santé. Il permet de garder la forme ou de la récupérer. Mais après une grossesse, peut-on s’y remettre tout de suite? Cette période de la vie d’une femme, bien que merveilleuse car elle engendre la vie, peut mettre votre corps à rude épreuve: prise de poids, douleurs musculaires, relâchement des articulations et des tissus, essoufflement,... L’accouchement, point d’orgue, est souvent comparé à un marathon. Alors, peut-on reprendre directement le sport après avoir donné naissance à son bébé? Il faut, avant toute chose, en parler à son gynécologue. Dès que celui-ci vous donne le feu vert, reprendre régulièrement et en douceur une pratique sportive vous redonnera tonus et vitalité, et ce même si bébé ne fait pas ses nuits.