FILE PHOTO: Designer Jean Paul Gaultier reacts at the end of his Haute Couture Spring/Summer 2020 collection show in Paris, France, January 22, 2020. REUTERS/Charles Platiau/File Photo
Plein écran
FILE PHOTO: Designer Jean Paul Gaultier reacts at the end of his Haute Couture Spring/Summer 2020 collection show in Paris, France, January 22, 2020. REUTERS/Charles Platiau/File Photo © REUTERS

Un mois après son dernier défilé, Jean-Paul Gaultier est déjà de retour

Le couturier français Jean Paul Gaultier qui a raccroché ses ciseaux en janvier après 50 ans de carrière dans la mode, a annoncé mercredi son nouveau projet avec des stylistes invités chaque saison pour sa marque haute couture.

"Chaque saison je vais inviter un désigner à réinterpréter les codes de la maison", a-t-il annoncé sur son compte Twitter en expliquant qu'il s'agissait de son "nouveau concept" de la haute couture.

La première invitée 

Chitose Abe de la marque Sacai qui défile à Paris pour les semaines du prêt-à-porter sera la première styliste invitée, précise-t-il en publiant une photo de lui avec la créatrice, tous les deux souriant et portant des salopettes bleues sur un toit à Paris.

Flambeau de la mode expérimentale, la marque Sacai a été créée en 1999 par Chitose Abe qui avait fait ses débuts auprès de Rei Kawakubo et Junya Watanabe pour Comme des Garçons.

Elle est connue pour avoir réinventé la maille et pour son style urbain hybride juxtaposant les volumes et les matières de façon inattendue.

Fin de carrière 

Jean Paul Gaultier a célébré fin janvier avec un défilé féerique la fin de sa carrière ayant révolutionné les codes vestimentaires, pendant la semaine de la haute couture à Paris. Il avait vendu sa maison au groupe catalan Puig en 2011 et arrêté les collections de prêt-à-porter en 2015.

  1. Le stress du confinement parfait, entre apéros en ligne et nettoyage de printemps

    Le stress du confine­ment parfait, entre apéros en ligne et nettoyage de printemps

    Vous espériez peut-être, dans ce contexte de confinement et de repli sur son jardin intérieur, ressentir moins de pression et de FoMo (fear of missing out, cette expression qui traduit la peur de manquer une occasion d’interagir). Pauvres dupes. Vous avez le sentiment de crouler encore plus sous la pression des apéros via “houseparty”, des parents qui bombardent les groupes Whatsapp de l’école d’exercices ludiques et de leur cadence de révisions, ou des maisons “plus propres et rangées que jamais” qui fleurissent sur Instagram? Bonne nouvelle, vous n’êtes pas seuls. La moins bonne, c’est que le stress de la performance sociale pendant le lockdown, ajoutée à celle du télétravail avec enfants, est un vrai danger pour votre santé mentale.