Plein écran
© Getty Images/EyeEm Premium

Vous aimez les chiens? C’est probablement dans vos gènes

Vous préférez les chiens aux chats? L’amour que vous portez pour le meilleur ami de l’homme est inscrit dans vos gènes selon des chercheurs. 

Comme pour beaucoup d’études qui s'intéressent aux comportements humaines, des chercheurs suédois de l’université d’Uppsala ont étudié des paires de jumeaux. Et ce, dans le but d’en apprendre davantage sur le lien qui nous unit aux chiens.

Ainsi, ce sont plus de 35.000 paires de jumeaux nés entre 1926 et 1996 qui ont été analysés. Les vrais jumeaux partagent 100% de leurs gènes et sont donc plus similaires que les faux jumeaux qui ne partagent que 50% de leurs gènes.

Héritabilité

Les résultats de l’étude, qui vient de paraître dans la revue “Scientific Reports”,  ont montré qu’en cas de vraies jumelles, il y a 40% de chances que la sœur jumelle d’une femme possédant un chien en ait également un. À contrario, quand il s’agit de fausses jumelles, il n’y a que 25% de chances que la sœur de la maîtresse d’un chien en possède aussi un. 

En examinant de vrais jumeaux, il y a 29% de chances qu’ils aient tous les deux un chien, le taux baisse à 18% en cas de faux jumeaux.

“Nous avons constaté que des facteurs génétiques additifs contribuaient largement à la possession de chiens, avec une héritabilité étant estimée à 57% pour les femmes et à 51% pour les hommes”, ont expliqué les chercheurs.

La constitution génétique influente

Tove Fall, directrice de l’étude, explique que l’équipe était “surprise de voir que la constitution génétique d’une personne semble être une influence significative si la personne est le propriétaire d’un chien”. 

Toutefois, l’étude ne définit pas exactement quel gène détermine si une personne aime les chiens. “La prochaine étape évidente est d’essayer d’identifier quelles variantes génétiques affectent, ce choix et comment elles sont liées aux traits de personnalité et à d’autres facteurs tels que les allergies”, ajoute  Patrick Magnusson, auteur principal de l’étude.