Plein écran
© DR

Cette femme au destin exceptionnel a changé la vie de milliers d’enfants

InterviewGabrielle, 30 ans, est infirmière dans le service de néonatologie intensive. Elle s’occupe des bébés nés bien trop tôt. Et de leurs parents aussi, souvent démunis et perdus, qui ne savent pas quoi faire pour bien faire. Gabrielle non plus, parfois; ne sait pas quel geste poser pour rassurer. “Dois-je sourire? Dire la vérité ou me taire? Poser une main sur son épaule ou m’abstenir?”, s’interroge-t-elle, alors qu’elle perd le sens d’un métier qui lui rappelle chaque jour son impuissance. Pétrie par les doutes, elle plonge dans le dernier manuscrit de sa mère dont elle fait tout un mystère. Elle raconte l’histoire de Thérèse Papillon, infirmière de la Croix-Rouge qui, en 1920, obsédée par la vision des enfants qui succombent dans la rue du froid, de la faim, de la tuberculose, ouvre une maison pour les accueillir et leur permettre de survivre et même mieux, de s’épanouir. Dans le dernier très joli roman de l’auteure belge Alia Cardyn, “Mademoiselle Papillon”, les destins de deux femmes se mélangent et se répondent. Gabrielle va puiser dans l’histoire de Mademoiselle Papillon pour retrouver la foi et la confiance.

  1. “Quand on grandit, on comprend que nos parents ont des failles”
    Interview

    “Quand on grandit, on comprend que nos parents ont des failles”

    Marie est prof. Elle est au travail quand on lui annonce que son père s’est suicidé. Après l’enterrement que Marie a organisé en mode automatique, elle sent sa vie se déliter. Elle qui avait déjà du mal, ces derniers temps, à supporter les cris de ses trois enfants, la routine, la fatigue, son mari qui ne la touche plus, les règles absurdes qui régissent son quotidien de prof, elle sombre, petit à petit. Comment faire pour retrouver l’énergie, quand c’est elle qui l’insuffle à sa famille d’habitude? Comment faire pour retrouver l’envie alors qu’en vieillissant, écrasée par le poids du quotidien, elle a mis de côté les rêves qui l'animait, enfant? Pourquoi son père a-t-il mis fin à ses jours sans un mot pour expliquer son geste? La vie qui reprend, avec ses faux-semblants et ses non-dits, la somnolence d’un quotidien sans saveur, Marie n’en peut plus.
  2. Un SDF confiné avec une créature de rêve: le livre étonnant qui va booster votre système immunitaire
    Interview

    Un SDF confiné avec une créature de rêve: le livre étonnant qui va booster votre système immunitai­re

    Le 17 mars 2020, Lucas, sans-abri, regarde les passants paniqués remplir leurs caddies au supermarché. Le confinement est imminent. Assis sur sa bouche du métro parisien, il constate avec ironie et justesse: “Au contraire des nantis, nous avions l’avantage de n’avoir rien à quitter. Cette situation faisait de nous des privilégiés.” En traversant la rue, il se fait percuter par une voiture. À son réveil, il se retrouve confiné avec son amour de jeunesse. Mais celle qu’il a en face de lui est-elle vraiment celle qu’il croit? Didier Van Cauwelaert raconte dans “L’inconnue du 17 mars” l’histoire d’un homme qui reprend le cours d’une vie à laquelle il avait renoncée, porté par l’espoir de changer les choses. “L’inconnue du 17 mars” est à la fois un roman et un conte philosophique qui parle du monde tel qu’on le connait aujourd’hui.
  3. “Dire à une femme d’adapter son comportement en rue pour ne pas se faire agresser, c’est penser à l’envers”
    Interview

    “Dire à une femme d’adapter son comporte­ment en rue pour ne pas se faire agresser, c’est penser à l’envers”

    “J'ai voulu écrire un livre engagé et radical, accessible et convaincant”. C’est par ces mots que Lauren Bastide, combattante féministe, journaliste et créatrice du podcast “La Poudre”, débute “Présentes”. Lauren Bastide croit fermement que pour que les femmes soient respectées et valorisées, il faut œuvrer à ce qu’elles soient vues et entendues. Et ce n’est malheureusement pas le cas dans la rue, dans la politique ou dans les médias. Lauren Bastide prend la plume et tire à boulets rouges sur cette société qui ne donne toujours pas aux femmes la place qu’elles méritent. C’est un livre qui pousse évidemment à réfléchir et à faire mieux. À mettre entre toutes les mains, surtout celles des plus sceptiques qui prononcent le mot “féministe” du bout des lèvres, comme s’il s’agissait d'une insulte.