Plein écran
© Pixabay

Épouse et mère comblée, comment et pourquoi a-t-elle pu tout quitter?

InterviewJoanne a 37 ans. Elle vit à Modesto, une petite bourgade californienne où il ne se passe pas grand-chose. Et ça lui va très bien. Nous sommes à la fin des années 1970. Joanne est “une simple épouse”, mariée à un homme qu’elle aime chaque jour un peu plus et mère de deux enfants dont elle s’occupe avec joie. Son monde bascule quand elle se fait agresser. En surgissant avec une telle brutalité dans son quotidien agréable, la violence fait dérailler Joanne. Elle n’arrive plus à reprendre le cours de sa vie. Alors un jour, elle s’en va, direction Las Vegas. 

  1. Quand son fils met fin à ses jours, il découvre qu’il ne le connaissait pas vraiment
    Interview

    Quand son fils met fin à ses jours, il découvre qu’il ne le connais­sait pas vraiment

    Pascal se souvient de Louis qui regardait dans le vide ou de Louis affairé, penché sur son bureau. Pascal ne savait alors à quoi pensait son garçon, ce fils tranquille, poli, drôle, toujours plongé dans un livre. “Pascal ne voulait pas le déranger. Il aurait dû lui demander. Montrer que ça lui importait.” Aujourd’hui, c’est trop tard: Louis a mis fin à ses jours et Pascal se lève désormais chaque matin avec la même question en tête: comment survivre à la mort d’un enfant qui a choisi de perdre sa propre vie? Pour tenir, Pascal fait parler ceux qui ont vraiment connu Louis.
  2. Joël Dicker est de retour: “Mon problème, c’est que j’ai trop d’idées”
    Interview

    Joël Dicker est de retour: “Mon problème, c’est que j’ai trop d’idées”

    Une nuit de décembre, un meurtre a lieu au Palace de Verbier, dans les Alpes suisses. L’enquête de police n’aboutira jamais. Des années plus tard, au début de l’été 2018, lorsqu’un écrivain se rend dans ce même hôtel pour y passer des vacances, il est loin d’imaginer qu’il va se retrouver plongé dans cette affaire. Que s’est-il passé dans la chambre 622 du Palace de Verbier? Voilà la question que pose Joël Dicker, l’un des auteurs post-confinement les plus attendus, dans son nouveau roman. Et pour obtenir la réponse, il faut s’armer de patience et d’un peu de concentration puisque les péripéties et retournements de situation s’enchaînent à un rythme diabolique. 
  3. Pendant la nuit, elle ouvre les yeux et découvre un homme qui berce son bébé
    Interview

    Pendant la nuit, elle ouvre les yeux et découvre un homme qui berce son bébé

    Anna, jeune médecin éprouvée par la vie, accouche, seule, de son premier enfant. À l’hôpital, elle rencontre Gabriel, bénévole dans une association de berceurs de bébé. Qui est cet homme silencieux qui tient son nouveau-né dans ses bras avec autant de tendresse? Anna et Gabriel ont tous les deux de bonnes raisons d’avoir peur du bonheur. Et si ensemble, ils apprenaient à se reconstruire? Le cinquième roman de Sophie Tal Men, “Va où le vent te berce”, devrait être prescrit à tous ceux qui n’ont plus foi en rien. C’est un livre qui fait un bien fou en cette période très particulière, où chacun est poussé dans ses retranchements et dans sa solitude.
  4. Comment peut-on continuer à se lever le matin quand on a vécu le pire?
    Interview

    Comment peut-on continuer à se lever le matin quand on a vécu le pire?

    Benjamin et Rebecca se rencontrent dans un cimetière parisien. Elle a l’habitude de venir fleurir des tombes à l’abandon. Lui est venu assister à l’enterrement d’un jeune homme avec qui il n'a échangé que quelques mots. Rebecca intrigue Benjamin. Qui est cette jeune femme qui semble porter le poids du monde sur ses épaules et qui se referme comme une huitre dès que la conversation devient trop personnelle? Pourquoi Rebecca semble n’avoir plus d’espoir et pas d’avenir? Qu’a-t-elle vécu de si grave pour que plus rien ne l’atteigne?
  1. Dans un petit village d’Ardèche, une fillette disparaît: le coupable est-il vraiment celui qu’on croit?
    Interview

    Dans un petit village d’Ardèche, une fillette disparaît: le coupable est-il vraiment celui qu’on croit?

    2005. Dans un village perché d’Ardèche, la petite Justine, sept ans, disparaît. Rapidement, les habitants s’organisent et lancent des battues dans la nature environnante. Les recherches se prolongent jusque tard dans la nuit mais ce n’est qu’au petit matin que le gendarme Tassi découvre quelque chose... Quinze ans plus tard, alors qu’il la croyait réglée, Tassi, désormais à la retraite, reprend l’enquête. Il va se faire aider d’un jeune auteur spécialisé dans les tueurs en série et de l’avocate de l’homme qu’il a fait enfermer pour le meurtre de la petite Justine. “Fermer les yeux” d’Antoine Renand est un polar qu’on imagine très bien sur grand écran et c’est normal, c’est comme ça qu’il était pensé à l’origine. “Fermer les yeux” était un scénario avant d’être un roman mais la vie étant ce qu’elle est, le projet cinématographique n’a pas abouti. Tant mieux pour ceux qui préfèrent les descriptions écrites des personnages à leur projection sur écran.