Les librairies de chez Filigranes.
Plein écran
Les librairies de chez Filigranes. © Facebook

L'appel de la plus grande librairie indépendante du pays: “Nous sommes d’utilité publique et nous n'avons aucun soutien”

InterviewC’est un cri du cœur que Marc Filipson, responsable de la librairie Filigranes, a lancé sur Facebook dimanche. “Nul n’est censé ignorer aujourd’hui l’impact catastrophique de la crise du coronavirus sur l’exploitation d’une multitude de commerces, petits, moyens ou grands”, écrit-il. “Par-contre certains d’entre vous ignorent que les aides gouvernementales annoncées ne sont pas distribuées uniformément aux victimes de ce clash économique et qu’il faut répondre à certains critères qui, pour ce qui nous concerne, ne sont pas remplis.”

  1. “Quand j’ai eu ma fille dans mes bras, j'ai réalisé qu’elle allait connaître un monde pas très joyeux”
    Interview

    “Quand j’ai eu ma fille dans mes bras, j'ai réalisé qu’elle allait connaître un monde pas très joyeux”

    Hugo Clément a fait ses premières armes sur France 2 avant de se faire repérer par Canal Plus. Son passage par Le petit journal de Yann Barthès lui a permis d’entrer dans la lumière. Il exploite désormais sa popularité pour informer sur l’effondrement écologique de notre monde. Il est aujourd’hui “Sur le front” sur France 2 et aux quatre coins du monde, aux côtés de ceux qui agissent pour changer les choses. Hugo Clément, très présent sur les réseaux sociaux, dénonce et raconte ce qui mènera à notre perte si on n’agit pas maintenant. Il était à Bruxelles hier, pour parler de son livre “Journal de guerre écologique” (paru chez Fayard) dans lequel il relate tout ce qu’il a vu et tout ce qu’il a appris avec des phrases concrètes qui nous font immanquablement réfléchir à notre consommation. On apprend par exemple que le plastique que l’on ingère par semaine équivaut à une carte de crédit. Ce livre, difficile mais chargé d’espoir, est “une mise en lumière des gens qui agissent et un appel à l’action, parce qu’ils ont besoin d’aide”. À lire pour réveiller les consciences endormies. Rencontre.
  2. Un éditeur détruit 7.000 livres avec Zwarte Piet, qui deviendra Piet
    polémique

    Un éditeur détruit 7.000 livres avec Zwarte Piet, qui deviendra Piet

    Le débat s’intensifiant, les livres de Saint Nicolas publiés à l’avenir par l’éditeur pour enfants Clavis, à Hasselt (Limbourg), ne montreront plus “Zwarte Piet” (soit le père Fouettard flamand, compagnon du patron des écoliers, souvent vu comme un stéréotype raciste désormais), mais simplement “Piet”, pour coller à l’air du temps, relatent les médias du nord du pays. Le personnage sera sali par la suie, mais plus noir. Fini aussi les cheveux crépus. Les anciens livres avec Zwarte Piet sont partis au pilon.
  3. Le jour où le dernier enfant quitte le nid, la mère est dévastée: “C’est une blessure qui ne se referme jamais”
    Interview

    Le jour où le dernier enfant quitte le nid, la mère est dévastée: “C’est une blessure qui ne se referme jamais”

    C’est un jour comme les autres pour Anne-Marie: sa routine matinale est bien rodée, les tartines sont prêtes à être grillées, la table est dressée, elle prépare le café. Les gestes sont mécaniques. Elle les fait depuis si longtemps. C’est un jour comme les autres sauf que tout a le goût des adieux. C’est la dernière fois ce matin que son fils, son dernier-né, prendra le petit-déjeuner à la table familiale. Anne-Marie savait que les enfants finissaient, un jour, par prendre leur envol. Elle est déjà passée par là deux fois avant Théo. Mais Théo, c’est le dernier, et le voir partir la dévaste.
  1. Pénétration, jouissance, désir et absence de désir: la gynéco qui dit stop aux idées reçues
    Interview

    Pénétrati­on, jouissance, désir et absence de désir: la gynéco qui dit stop aux idées reçues

    Laura Berlingo, gynécologue-obstétricienne à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris, “veut changer la société”, comme l’indique le bandeau sur son livre “Une sexualité à soi”, fraîchement publié. Comment? En encourageant les hommes comme les femmes, les célibataires comme les couples, les hétérosexuels comme les homosexuels à penser à toutes ces choses qui font l’éducation sexuelle, la vie intime et le rapport sexuel. “Je ne suis pas en colère. Je dénonce rien”, dit celle qui s’est fait connaître par les podcasts “Qui m’a filé la chlamydia?" et “Coucou le Q”. “J’ai écrit ce livre parce que je me suis rendue compte d’un tas de choses au fil des ans. C’est mon métier de parler de ce qu’on considère comme de l’intimité. J’aime bien parler de ça avec mes amis, ma famille, mes patientes… Je me suis rendue compte qu’on passait souvent d’une norme à une autre. Parfois, en écrivant, je me disais: mais j’enfonce des portes ouvertes en fait. L’idée est vraiment de dire: réfléchissez à tout ça. Ce n’est pas un livre moralisateur.”
  1. Il découvre un cobra dans les toilettes
    Play

    Il découvre un cobra dans les toilettes

    13:52
  2. Une Belge et un Ecossais voyagent autour du monde complètement nus
    Play

    Une Belge et un Ecossais voyagent autour du monde complète­ment nus

    7 mars