Jean Daniel
Plein écran
Jean Daniel © PhotoNews

L'Obs annonce le décès de son fondateur Jean Daniel

Mise à jourJean Daniel, fondateur du Nouvel Observateur devenu l’Obs, est décédé à 99 ans, a annoncé jeudi l’hebdomadaire sur son site internet.

“Il est décédé mercredi soir à l’âge de 99 ans après une longue vie de passion, d’engagement et de création”, a indiqué L’Obs. Grande conscience de gauche, Jean Daniel avait fondé en 1964 avec Claude Perdriel Le Nouvel Observateur, dont il a été le directeur de la publication jusqu’en 2008.

“Le plus prestigieux journaliste français s’est éteint. Il fut à la fois un témoin, un acteur et une conscience de ce monde”, écrit L’Obs. Né le 21 juillet 1920 à Blida, en Algérie, Jean Daniel, né Bensaïd, a écrit son premier article dans l’Express en 1954 pour qui il couvre la guerre d’Algérie.

En 1964, il reprend avec l’industriel Claude Perdriel “France Observateur” qui devient “Le Nouvel Observateur” et en fait “l’hebdomadaire de la ‘deuxième gauche’ et des grands combats sociétaux: légalisation de l’avortement, droits des homosexuels, antiracisme...”, rappelle l’Obs. 

  1. Jean-Loup Dabadie est décédé
    mise à jour

    Jean-Loup Dabadie est décédé

    L’artiste et académicien français Jean-Loup Dabadie, qui a exercé ses nombreux talents dans des domaines variés dont la littérature, le journalisme, le cinéma et la chanson, est décédé dimanche à Paris, à l’âge de 81 ans, a annoncé son agent. Scénariste et parolier, Jean-Loup Dabadie, auteur des scénarios de plus de trente films et des textes de centaines de chansons, a travaillé avec les plus grands du cinéma et de la chanson française, dont Claude Sautet ou François Truffaut au cinéma, et Serge Reggiani ou Julien Clerc en musique.
  2. Pendant la nuit, elle ouvre les yeux et découvre un homme qui berce son bébé
    Interview

    Pendant la nuit, elle ouvre les yeux et découvre un homme qui berce son bébé

    Anna, jeune médecin éprouvée par la vie, accouche, seule, de son premier enfant. À l’hôpital, elle rencontre Gabriel, bénévole dans une association de berceurs de bébé. Qui est cet homme silencieux qui tient son nouveau-né dans ses bras avec autant de tendresse? Anna et Gabriel ont tous les deux de bonnes raisons d’avoir peur du bonheur. Et si ensemble, ils apprenaient à se reconstruire? Le cinquième roman de Sophie Tal Men, “Va où le vent te berce”, devrait être prescrit à tous ceux qui n’ont plus foi en rien. C’est un livre qui fait un bien fou en cette période très particulière, où chacun est poussé dans ses retranchements et dans sa solitude.