Léa Salamé.
Plein écran
Léa Salamé. © photo_news

Léa Salamé fait un parallèle entre Woody Allen et Adolf Hitler: “La confusion est dangereuse”

Le groupe Hachette a annoncé vendredi renoncer à publier les mémoires de Woody Allen à la suite des critiques que la publication du livre du cinéaste avait suscitées. Sur Twitter, la journaliste Léa Salamé a réagi en faisant un étrange parallèle entre cette affaire et... “Mein Kampf” d’Adolf Hitler.

“Donc en 2020, on s’apprête à republier Mein Kampf d’Hitler, mais on renonce à publier les mémoires de Woody Allen”, a-t-elle tweeté ce samedi après-midi, provoquant de nombreuses réactions d’incompréhension et indignées. L’éditorialiste Jean-Michel Apathie a répondu à Léa Salamé en ces termes: “La confusion est dangereuse. Le livre d’Hitler est dans le domaine public et l’appareil critique qui accompagne les rééditions est important et indispensable. Publier Woody Allen revient à absoudre l’homme au nom de l’œuvre. Deux problèmes très différents.”

Depuis le début du mouvement #MeToo en octobre 2017, Woody Allen a été rattrapé par les accusations d’abus sexuels lancées en 1992 par sa fille adoptive, Dylan Farrow alors âgée de 7 ans.

  1. Jean-Loup Dabadie est décédé
    mise à jour

    Jean-Loup Dabadie est décédé

    L’artiste et académicien français Jean-Loup Dabadie, qui a exercé ses nombreux talents dans des domaines variés dont la littérature, le journalisme, le cinéma et la chanson, est décédé dimanche à Paris, à l’âge de 81 ans, a annoncé son agent. Scénariste et parolier, Jean-Loup Dabadie, auteur des scénarios de plus de trente films et des textes de centaines de chansons, a travaillé avec les plus grands du cinéma et de la chanson française, dont Claude Sautet ou François Truffaut au cinéma, et Serge Reggiani ou Julien Clerc en musique.
  2. Pendant la nuit, elle ouvre les yeux et découvre un homme qui berce son bébé
    Interview

    Pendant la nuit, elle ouvre les yeux et découvre un homme qui berce son bébé

    Anna, jeune médecin éprouvée par la vie, accouche, seule, de son premier enfant. À l’hôpital, elle rencontre Gabriel, bénévole dans une association de berceurs de bébé. Qui est cet homme silencieux qui tient son nouveau-né dans ses bras avec autant de tendresse? Anna et Gabriel ont tous les deux de bonnes raisons d’avoir peur du bonheur. Et si ensemble, ils apprenaient à se reconstruire? Le cinquième roman de Sophie Tal Men, “Va où le vent te berce”, devrait être prescrit à tous ceux qui n’ont plus foi en rien. C’est un livre qui fait un bien fou en cette période très particulière, où chacun est poussé dans ses retranchements et dans sa solitude.