Le restaurant Drouant qui accueille généralement les réunions de l'Académie Goncourt est fermé pour raisons sanitaires. Sur la photo, Jean-Paul Dubois, gagnant 2019, pose avec son livre.
Plein écran
Le restaurant Drouant qui accueille généralement les réunions de l'Académie Goncourt est fermé pour raisons sanitaires. Sur la photo, Jean-Paul Dubois, gagnant 2019, pose avec son livre. © EPA

Un Goncourt et un Renaudot pas comme les autres remis lundi

Le prix Goncourt, le plus prestigieux de la littérature français, est remis lundi, de même que le prix Renaudot, à l'issue d'une édition qui restera dans les mémoires comme peu ordinaire.

  1. On lui interdit le plaisir sexuel et la péridurale mais est-ce vraiment ça, croire en Dieu?
    Interview

    On lui interdit le plaisir sexuel et la péridurale mais est-ce vraiment ça, croire en Dieu?

    Quand Sixtine, jeune femme très pieuse, rencontre Pierre-Louis, elle se projette immédiatement dans l’avenir. Elle sait qu’elle sera heureuse avec cet homme sérieux, solide: ils partagent les mêmes valeurs. Ils se marient dans le rite catholique traditionnel et emménagent à Nantes. Sixtine déchante dès la nuit de noces, qui se révèle être un calvaire. Tout comme sa première grossesse, qui la rend malade et la dépossède de son corps. Les convictions catholiques de Pierre-Louis ne sont finalement pas celles que Sixtine imaginait: son mari est radical, extrême. Sous prétexte de “défendre les valeurs de la France”, il est violent, raciste, homophobe. Un événement tragique va pousser Sixtine à s’interroger sur sa foi et sur la foi, en général. Est-ce vraiment ça croire en Dieu? Dieu demande-t-il vraiment de se passer de la péridurale, du plaisir sexuel, de l’épanouissement personnel? “Bénie soit Sixtine” est un roman choc de la rentrée littéraire. Une fois ouvert, on ne peut plus le refermer. Maylis Adhémar raconte l’intérieur du milieu intégriste catholique et l’émancipation d’une femme que le milieu dans lequel elle a été élevée ne destinait pas à être libre. Si son propos est si juste et si bien documenté, c’est que l’histoire de Sixtine aurait pu être la sienne.
  2. Terreur dans une station de ski isolée: “Dans des tas de situations anodines, il y a des idées horribles qui me viennent”
    Interview

    Terreur dans une station de ski isolée: “Dans des tas de situations anodines, il y a des idées horribles qui me viennent”

    Hugo a le cœur brisé. Pour se remettre de sa rupture, il accepte un poste de saisonnier dans une petite station de ski isolée de tout et de tout le monde. Il y restera tout l’été, entouré d’une poignée d’habitués qui profitent de l’absence de touristes pour remettre le site en état. Très vite, Hugo se met à avoir des hallucinations. L’isolement est-il en train de le rendre fou ou est-ce autre chose, de plus inquiétant? Maxime Chattam avec son roman “L’illusion” réussit son tour de magie: nos nerfs se tendent à l’extrême et nos battements du cœur s’accélèrent lors de passages où il ne se passe pourtant pas grand-chose. L’ambiance est noire. Terrifiante. “C’était jouissif. La rupture de tons, dans ce climat énigmatique, provoque paranoïa et séquences dignes d’un film d’horreur”, se réjouit l’auteur au téléphone.
  3. “Je suis tout le temps en retard, j’oublie tout, c’est compliqué pour mon entourage”: Adrien Devyver raconte sa vie avec le TDA/H
    Interview

    “Je suis tout le temps en retard, j’oublie tout, c’est compliqué pour mon entourage”: Adrien Devyver raconte sa vie avec le TDA/H

    Petit, on le disait turbulent, malpoli, mal éduqué. Le corps professoral l’avait en tout cas décidé ainsi. Adrien Devyver, animateur sur la RTBF, a grandi et il ne s’est jamais calmé. Il a tardé à comprendre que sa fougue, sa nervosité, son cerveau à cent à l’heure, son hypersensibilité, son impulsivité, ses problèmes de concentration étaient dus au TDA/H, soit à un “trouble de déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité”. Le diagnostic a été établi en 2015. “Je sentais bien qu’il y avait un souci depuis toujours mais le corps professoral était fort écouté des parents, et donc des miens aussi. On disait que je devais aller courir le matin avant l’école et que ça passerait. Mais au fur à et mesure de mon autonomie et de ma prise d’indépendance, ça avait un vrai impact sur ma vie quotidienne.”
  1. Maman d’un enfant handicapé, elle accueille un réfugié: “Les deux ont du mal à communiquer, je dois sans cesse essayer de les comprendre”
    Interview

    Maman d’un enfant handicapé, elle accueille un réfugié: “Les deux ont du mal à communi­quer, je dois sans cesse essayer de les comprendre”

    Samy a 15 ans. Autiste et polyhandicapé, il vit dans un établissement à 800 kilomètres de sa mère, Eglantine Eméyé, animatrice sur France 3. Elle avait raconté son histoire poignante dans un livre “Le voleur de brosses à dents”. Dans “Tous tes mots dans ma tête”, véritable ode à la tolérance, Eglantine Eméyé s’invite dans la tête de son fils et lui prête un dialogue avec Mohamed, un Irakien qu’elle a accueilli dans son foyer et qui a investi la chambre de Samy. “Je pensais avoir raconté tout ce qu’il y avait à raconter sur Samy”, nous confie Eglantine Eméyé. “Mais les gens continuaient à me demander de ses nouvelles. Je me suis dit que c’était bien si c’était Samy qui s’exprimait, qu’on comprenne le handicap, mais à travers lui. Dans le livre, Samy a 12 ans.”
  1. L’incroyable ascension d'un grimpeur paraplégique à Hong Kong
    Play

    L’incroyable ascension d'un grimpeur paraplégi­que à Hong Kong

    10:36
  2. Les statues “ratées” d'un musée de cire brésilien deviennent virales: “Un spectacle d'horreur”
    Play

    Les statues “ratées” d'un musée de cire brésilien deviennent virales: “Un spectacle d'horreur”

    18 janvier