Didier Van Cauwelaert
Plein écran
Didier Van Cauwelaert © DR

Un SDF confiné avec une créature de rêve: le livre étonnant qui va booster votre système immunitaire

InterviewLe 17 mars 2020, Lucas, sans-abri, regarde les passants paniqués remplir leurs caddies au supermarché. Le confinement est imminent. Assis sur sa bouche du métro parisien, il constate avec ironie et justesse: “Au contraire des nantis, nous avions l’avantage de n’avoir rien à quitter. Cette situation faisait de nous des privilégiés.” En traversant la rue, il se fait percuter par une voiture. À son réveil, il se retrouve confiné avec son amour de jeunesse. Mais celle qu’il a en face de lui est-elle vraiment celle qu’il croit? Didier Van Cauwelaert raconte dans “L’inconnue du 17 mars” l’histoire d’un homme qui reprend le cours d’une vie à laquelle il avait renoncée, porté par l’espoir de changer les choses. “L’inconnue du 17 mars” est à la fois un roman et un conte philosophique qui parle du monde tel qu’on le connait aujourd’hui.

  1. On lui interdit le plaisir sexuel et la péridurale mais est-ce vraiment ça, croire en Dieu?
    Interview

    On lui interdit le plaisir sexuel et la péridurale mais est-ce vraiment ça, croire en Dieu?

    Quand Sixtine, jeune femme très pieuse, rencontre Pierre-Louis, elle se projette immédiatement dans l’avenir. Elle sait qu’elle sera heureuse avec cet homme sérieux, solide: ils partagent les mêmes valeurs. Ils se marient dans le rite catholique traditionnel et emménagent à Nantes. Sixtine déchante dès la nuit de noces, qui se révèle être un calvaire. Tout comme sa première grossesse, qui la rend malade et la dépossède de son corps. Les convictions catholiques de Pierre-Louis ne sont finalement pas celles que Sixtine imaginait: son mari est radical, extrême. Sous prétexte de “défendre les valeurs de la France”, il est violent, raciste, homophobe. Un événement tragique va pousser Sixtine à s’interroger sur sa foi et sur la foi, en général. Est-ce vraiment ça croire en Dieu? Dieu demande-t-il vraiment de se passer de la péridurale, du plaisir sexuel, de l’épanouissement personnel? “Bénie soit Sixtine” est un roman choc de la rentrée littéraire. Une fois ouvert, on ne peut plus le refermer. Maylis Adhémar raconte l’intérieur du milieu intégriste catholique et l’émancipation d’une femme que le milieu dans lequel elle a été élevée ne destinait pas à être libre. Si son propos est si juste et si bien documenté, c’est que l’histoire de Sixtine aurait pu être la sienne.