Yann Moix se met en retrait des médias

L’écrivain, au centre de plusieurs polémiques depuis la sortie de son dernier roman Orléans, a décidé de ne plus en faire la promotion et de se mettre en retrait des médias. 

Plein écran
Yann Moix © RTL

Déjà à l’origine d’une dispute familiale publique par journaux interposés, avec son père et son frère, Yann Moix a enchaîné les controverses dans la foulée de la sortie de son dernier livre. Accusé par L’Express d’avoir été l’auteur de textes et de dessins antisémites dans sa jeunesse, il a finalement reconnu les faits et présenté ses excuses ce samedi sur le plateau d’ONPC

Au centre de l’actualité depuis quelques jours, il va désormais se mettre en retrait des médias, annonce son éditeur. “Après s’être exprimé, notamment à l’émission On n’est pas couché, l’auteur a choisi de mettre un terme à la promotion de son livre et de se mettre en retrait des médias”, a indiqué la maison Grasset dans un communiqué transmis à l’AFP, relate France info

Dans son roman Orléans, Yann Moix évoque les sévices dont il aurait été victime durant son enfance. Une version contestée par son père et son frère. Ce dernier l’a accusé en retour d’avoir été son “bourreau”. Le passé “négationniste et antisémite” de l’écrivain est venu s’ajouter au débat public. 

  1. Elle est belle et elle “a un nom”. Violée, elle fait face à un choix horrible: se taire ou être lynchée
    Interview

    Violée, elle fait face à un choix horrible: se taire ou être lynchée

    Mazarine Pingeot sort “Se taire”, un roman qui dit qu'il faut parler quand on a été violée, peu importe le nom de famille que l’on porte. Beaucoup pensent qu’elle s’est inspirée de l’histoire de Pascale Mitterrand, la petite fille de son père, qui avait accusé Nicolas Hulot de viol. Pascale avait 20 ans à l'époque, elle était photographe et l'affaire a été médiatisée l'année passée alors qu’elle ne l'avait pas souhaité. Il y a effectivement quelques parallèles. “Mais ce n’est pas son histoire”, nous dit Mazarine Pingeot au téléphone. “Elle n’est pas Mathilde. C’est écrit dans le prologue: au lieu de s’intéresser au problème de fond, on cherche des noms. L’histoire de Pascale m’a inspirée mais comme d’autres histoires moins connues.” L'anecdotique étant désormais évacué, on peut entrer dans le vif du sujet.