Illustration.
Plein écran
Illustration. © Getty Images

Comment soutenir vos bars et restaurants préférés face à la crise du coronavirus

La crise du coronavirus est une véritable catastrophe pour le secteur de l’horeca, qui se retrouve à l’arrêt pour une durée indéterminée. De quoi mettre en danger de nombreux indépendants, qui redoutent de devoir mettre la clef sous la porte si la situation s’éternise. Heureusement, plusieurs initiatives ont vu le jour pour permettre aux Belges de soutenir comme ils le peuvent leurs établissements préférés.

Le site “Je soutiens mon horeca de quartier” propose ainsi à ceux qui le souhaitent de payer à l’avance leur prochaine visite dans leur bar préféré à Bruxelles. Le principe est simple: il suffit de choisir le(s) établissement(s) que vous souhaitez soutenir via la plateforme, de sélectionner le nombre de bons d’achat de repas (comprenant 1 bière) ou de tournées (comprenant 3 bières) au sein de chacun des établissements choisis, et de procéder au paiement en ligne via Bancontact.

Votre participation est ensuite reversée - sans retenue de marge - au(x) bar(s) que vous aurez choisi(s) en soustrayant juste le prix de vente des consommations, à leur prix horeca. Dès que le confinement sera levé, les bières commandées seront livrées aux établissements et vous pourrez aller les déguster quand vous voulez.

En prépayant des consommations, vous pouvez ainsi aider les établissements horeca à traverser cette période difficile. Un remboursement ne sera toutefois pas possible en cas de fermeture définitive de l’établissement choisi. “Mais nous sommes certains que ça vaut le coup de prendre le risque pour eux!”, expliquent les créateurs.

Autre initiative, même idée: la plateforme “Horeca Comeback”, lancée par la fédération des Brasseurs, Coca-Cola, Pepsico et le géant de l’agro-alimentaire Unilever, permet au grand public de sélectionner l’un ou l’autre établissement et d’acheter des bons à valoir au sein de ces restaurants ou cafés une fois que ceux-ci auront rouvert ses portes.

Des bons à valoir de 10 à 200 euros peuvent être achetés. Les exploitants horeca pourront ainsi dégager des liquidités à un moment où toutes leurs rentrées sont gelées et ainsi essayer tant bien que mal d’honorer leurs frais fixes. Si un commerce ne devait pas se relever de la crise sanitaire, un fonds de garantie permettra aux personnes ayant acheté un bon pour cet établissement de se rendre dans un autre endroit.