Plein écran
© photo_news

De la bière coupée à l'eau dans les festivals? Le mythe enfin décrypté

Combien de fois a-t-on entendu cette légende urbaine? Le Huffington Post s'est penché sérieusement sur la question.

Non, votre bière n'est pas coupée à l'eau lors d'un festival, annonce d'emblée le site du Huffington Post. "Les brasseurs (des marques de mousses bien connues) livrent les mêmes fûts qu'aux bars ou restaurants." Mais d'où vient alors cette impression de légèreté?

Il ne faut pas oublier que les bières servies durant les festivals affichent d'abord un faible taux d'alcool - pas plus de 5 degrés - pour éviter les dérapages malheureusement fréquents. Ensuite, c'est le "le contexte de dégustation" qui vous induit en erreur, selon le spécialiste Fabrizio Bucella.

"Le fait de rester debout, de danser, de ne pas se trouver dans un espace confiné, de laisser libre cours au mouvement du corps, de pouvoir parler à voix haute ou très haute, permet de penser que l'alcool fait moins d'effet, car les normes et les repères sont changés", explique-t-il.

Le goût de la bière est aussi différent dans un verre en plastique, à cause des bulles qui s'agglutinent sur les parois. "D'où cette impression de breuvage fade, de bière sans relief, de boisson trafiquée." Des travaux précédents ont démontré que le goût de la bière provoque une libération de dopamine dans le cerveau et donc un sentiment d'euphorie, qui nous échappe quand ce goût n'est pas reconnu. 

En conclusion, la sensation de "bière coupée à l'eau" dans les festivals s'explique simplement par un "changement de repères et de contraintes sociales", qui atténue les effets de l'alcool.

  1. Végétalisme déconseillé aux enfants et femmes enceintes: des scientifiques dénoncent un “avis infondé”

    Végétalis­me déconseil­lé aux enfants et femmes enceintes: des scientifi­ques dénoncent un “avis infondé”

    Une centaine de médecins belges et étrangers se sont à nouveau indignés jeudi de l'avis rendu en juin par l'Académie royale de médecine de Belgique (ARMB), déconseillant aux femmes enceintes et enfants d'observer un régime végétalien, qui exclut tous les produits issus du règne animal. Dans une réponse adressée à l'ARMB, ces scientifiques dénoncent un "avis infondé" qui "relève de la désinformation", alors que l'instance soutient remplir sa mission d'information.