Plein écran
Les brocolis, les pois chiches et les amandes, entre autres, contiennent beaucoup de protéines végétales. © thinkstock

Des protéines végétales pour vivre plus longtemps?

Selon une récente étude, la consommation régulière de protéines végétales prolongerait l’espérance de vie. 

Plein écran
Les lentilles, les haricots rouges, les graines de chia, le quinoa contiennent de nombreuses protéines végétales. © Getty Images/iStockphoto

Relayée par le prestigieux New York Times, cette étude, publiée le 26 août dernier, vante les vertus des protéines végétales. On les retrouve surtout dans le soja, les pois chiches, les brocolis, les épinards, les lentilles, les haricots rouges, les arachides, les amandes, les noix, les graines de chia, de chanvre ou de courge, le quinoa, etc.

70.696 personnes analysées

Les chercheurs ont suivi pendant 18 ans un échantillon représentatif de 70.696 Japonais âgés de 55 ans en moyenne, sans antécédents cardiovasculaires, hommes et femmes confondus. Chaque jour, les volontaires devaient remplir un questionnaire de santé et préciser leurs habitudes alimentaires quotidiennes. 12.381 personnes sont décédées durant ces travaux. 

Observations et conclusions 

Si les scientifiques n’ont pu trouver de corrélation entre la consommation de protéines animales et la mortalité - le régime alimentaire japonais repose largement sur le poisson et non la viande -, ils ont néanmoins pu observer que, de manière générale, les personnes qui consommaient le plus de protéines végétales jouissaient d’un taux de mortalité inférieur de 13% par rapport à ceux qui en mangeaient le moins. 

En outre, si l’on oppose les 20% des plus faibles consommateurs de protéines végétales aux 20% de ses plus grands consommateurs, on observe que ces derniers ont moins de chances de mourir d’un problème cardiovasculaire (-27%), d’une maladie cardiaque (-28%) ou d’un AVC (-28%). 

“Notre étude suggère que la protéine végétale pourrait avoir des effets bénéfiques sur la santé”, affirment les auteurs, “et que le remplacement de la protéine animale par de la protéine végétale pourrait augmenter l’espérance de vie”, concluent-ils. 

Plein écran
© thinkstock