Plein écran
Hospices de Beaune (Bourgogne, archives) © REUTERS

L’Inao voulait exclure le chablis des vins de Bourgogne et y inclure le beaujolais: colère des viticulteurs

Mise à jourAprès un tollé des viticulteurs, l'institut gérant les appellations d'origine en France a suspendu un projet de révision de l'aire de production des vins de Bourgogne, qui prévoyait notamment d'en exclure les prestigieux chablis mais d'y accepter les beaujolais moins cotés.

"Le président du comité national a préféré retirer (ce projet) de l'ordre du jour" en raison de la dissension "entre les propositions qui allaient être discutées et les positions des syndicats de vignerons de Bourgogne", a indiqué à l'AFP une porte-parole de l'Inao, l'Institut national de l'origine et de la qualité. "Les discussions autour de ce projet vont reprendre" et ce dernier sera "examiné lors d'un prochain comité national", a-t-il ajouté sans donner de date.

Projet de redécoupage de l’AOC

Le projet de révision prévoyait de modifier l'aire de l'Appellation d'origine contrôlée (AOC) Bourgogne, qui compte parmi les plus grands crus au monde, et en particulier d'en exclure les vins de Chablis. Ces blancs, très connus à l'étranger, sont exportés aux deux tiers, selon des chiffres de la profession datant de 2018. Le projet de l'Inao maintiendrait en revanche dans l'AOC Bourgogne la moitié des communes du Beaujolais. Cette région, située majoritairement dans le Rhône (centre-est de la France), au sud de la frontière bourguignonne, est souvent considérée comme produisant un vin nettement inférieur aux bourgogne.

“La Bourgogne, c’est la Bourgogne...”

Les viticulteurs avaient fait part de leur "colère" à propos de ce redécoupage qui conduisait à "sortir 64 communes" de l'AOC Bourgogne mais y maintenait une quarantaine d'autres du Beaujolais. "La Bourgogne c'est la Bourgogne. Et le Beaujolais, c'est le Beaujolais", avaient martelé depuis fin janvier vignerons et élus. Malgré le report du projet, "la mobilisation reste entière", selon les vignerons de Bourgogne. "Ils se dérobent, le problème reste entier", a ainsi dénoncé auprès de l'AFP Thiébault Huber, président de la Confédération des appellations et vignerons de Bourgogne, qui appelle à "mettre en place un calendrier et une méthode de travail".

Manifestation devant le siège de l’Inao

Quelques centaines de viticulteurs bourguignons manifestaient jeudi devant le siège de l’institut national des appellations d’origine (Inao) à Montreuil (est de Paris). “Ce n’est pas une guerre contre le Beaujolais, c’est une guerre avec l’institut qui ne nous entend pas et ne nous parle pas avant d’engager une révision des tracés délimitant les zones de production autorisées de vins de Bourgogne que nous avons nous même demandé” a déclaré à l’AFP Thiebault Huber, président de la Confédération des appellations et vignerons de Bourgogne (CAVB).

Table de banquet en plein air

Les vignerons arrivés dans une dizaine de bus sont venus de toutes les régions de Bourgogne. Ils brandissent des panneaux dénonçant une “crise identitaire” de la Bourgogne et ont installé une immense table de banquet dans la rue devant l’INAO, l’organisme qui gère les appellations de produits agricoles en France (AOP, AOC, IGP, labels rouge, etc.).

“Participer à ce redécoupage”

Malgré le retrait in extremis par l’Inao mercredi soir du texte qui aurait du être soumis au comité national de l’institut jeudi, les vignerons disent vouloir “participer à ce redécoupage” a indiqué Bruno Verret, qui dirige le groupement des producteurs, lui-même viticulteur à à Saint-Bris-le-Vineux. Une délégation de viticulteurs, accompagnés d’une dizaine d’élus, députés ou sénateurs de la région, dont François Patriat (LREM), ont été reçus jeudi matin.

  1. Colruyt limite les bons de réduction: “7.000 coupons à la caisse, ça n’est plus possible”
    Play

    Colruyt limite les bons de réduction: “7.000 coupons à la caisse, ça n’est plus possible”

    Un caddie rempli de sodas pour quelques euros? Le stock annuel de produits d’entretien en échange de quelques pièces? Colruyt est la première chaîne de grands magasins à mettre un terme à l’extreme couponing, un phénomène qui consiste à accumuler des promotions grâce à une pile de bons de réduction. Des règles plus strictes seront appliquées dans tous les magasins du groupe Colruyt à partir du 2 mars. “Il ne sera plus possible de faire passer 7.000 coupons à la caisse.”