Plein écran
© Getty Images

L’Italie veut certifier les “vrais” restaurants italiens à l’étranger

L'Italie lance une certification en vue d'attester de l'authenticité des restaurants qui s'autodéfinissent comme italiens à l'étranger. Ce label, baptisé "Ita0039", ambitionne de certifier sept mille commerces par année et vise à mettre fin aux imitations dans le secteur de l'agroalimentaire qui desserviraient le "made in Italy".

Ne vous êtes-vous jamais retrouvé avec des spaghetti à la carbonara noyés dans de la crème fraîche alors que vous pensiez être dans un restaurant respectant les règles de l'art de la cuisine italienne? C'est pour éviter ce genre de déception qu'une nouvelle certification voit le jour. 

L'initiative émane d'Asacert, une entreprise de certification basée près de Milan (Nord), en collaboration avec le ministère de l'Agriculture italien, le principal syndicat agricole italien (la Coldiretti), ainsi que la filière agricole. L'idée est de construire une marque qualitative, qui servirait de référence pour authentifier les restaurants utilisant de vrais produits italiens à l'étranger.

Démasquer les “fakes”

Pour ce faire, Asacert va envoyer sur place des certificateurs, qui contrôleront par le biais d'un audit interne toute la filière alimentaire. L'objectif visé est de décerner 7.000 certificats par an. D'après Asacert, qui a comptabilisé les inscriptions à la Chambre du commerce, les entreprises (bar, restaurant, pâtisserie, commerces en tout genre) se présentant comme italiennes sont plus de 90.000 autour du globe. Mais, "dans le monde, il y a tellement de 'fake', en particulier dans les restaurants, qui tirent parti de la marque italienne et contre lesquels nous devons nous protéger", a déclaré au journal Ilsole24ore Fabrizio Capaccioli, président d'Asacert.

Une trentaine de contrôles ont d'ores et déjà été effectués au Royaume-Uni. Mais nombreuses sont les enseignes qui n'ont pas obtenu le précieux sésame, car les produits utilisés n'étaient pas italiens alors que les commerces se targuaient pourtant d'être des ambassadeurs du vert-blanc-rouge.

Outre la marché britannique, le projet "Ita0039" va se déployer dans un premier temps au Qatar, dans les Émirats arabes unis, au Canada et aux États-Unis. À l'échelle mondiale, le volume d'affaires généré par la cuisine italienne est estimé à 209 milliards d'euros, dont 60 milliards en Chine et 56 milliards aux États-Unis.

  1. Le Beaujolais Nouveau est arrivé: "Arrêtez les avis à l'emporte pièce sans savoir”

    Le Beaujolais Nouveau est arrivé

    Les premières bouteilles de la cuvée 2019 du Beaujolais Nouveau ont été débouchées ce jeudi à minuit, comme le veut la tradition née en France au début des années '50. Une fête célébrée dans plus de 110 pays. Les aléas climatiques des derniers mois (gel printanier, sécheresse, grêle...) ont livré un "millésime modeste en quantité mais ambitieux en qualité", note Inter Beaujolais, l'organisme regroupant les producteurs et négociants du vignoble.
  2. “Le Botaniste”, l’autre réussite commerciale d’Alain Coumont (Pain Quotidien)

    “Le Botaniste”, l’autre réussite commercia­le d’Alain Coumont (Pain Quotidien)

    Près de 30 ans après l'ouverture du premier Pain Quotidien à Bruxelles, le fondateur de la chaîne de restaurants-boulangeries, désormais présente dans plus d'une vingtaine de pays à travers le monde, revient avec "Le Botaniste", un concept exclusivement végétal. "Pas parce que c'est branché, mais par conviction", assure mercredi Alain Coumont, quelques jours après l'ouverture du troisième restaurant de l'enseigne en Belgique, dans un segment à faible concurrence.