getty
Plein écran
© getty

La viande in vitro, Frankensteak ou salut de l'Humanité?

ANALYSEOn l'appelle viande artificielle, synthétique, in vitro, cultivée ou "propre" mais le concept certes futuriste reste particulièrement abstrait pour le consommateur. Cette viande artificielle produite grâce aux cellules souches de vrais animaux permettrait de nourrir la planète et d'enrayer son réchauffement. De plus, elle éviterait aux animaux les souffrances inutiles d'une vie d'élevage et de l'abattage. Mais les détracteurs de la viande synthétique dénoncent ce produit "superindustralisé" qui demeurerait un aliment non naturel et remplirait les poches de l'industrie agro-alimentaire. Nous avons interrogé les acteurs de terrain pour mieux comprendre la problématique.

  1. Une halle gourmande s'installe dans l'ancienne gare maritime de Bruxelles

    Une halle gourmande s'installe dans l'ancienne gare maritime de Bruxelles

    AB InBev n'a pas fait dans la demi-mesure pour ses débuts dans l'exploitation de commerces horeca en Belgique. Le géant brassicole a signé un partenariat de plusieurs années avec le groupe immobilier Nextensa pour exploiter la halle gourmande installée dans la gare maritime sur le site de Tour & Taxis à Bruxelles. Une cinquantaine de personnes ont été engagées par le brasseur pour assurer la gestion au quotidien.
  2. On a préparé la Saint-Nicolas avec Vanessa Renard, primée au Gault&Millau: “Après la récompense, j’ai été submergée”

    On a préparé la Saint-Nicolas avec Vanessa Renard, primée au Gault&Millau: “Après la récompense, j’ai été submergée”

    Rush. Quelques heures avant la tournée du grand saint, on a investi l’atelier de Vanessa Renard, artisane chocolatière primée par le Gault&Millau en septembre dernier. “Depuis lors, le nombre de clients qui viennent au magasin a doublé. Au début, j’étais submergée. J'étais sous l’eau”, confie la Bruxelloise de 37 ans qui a notamment dû revoir son organisation. On fait le bilan (et des figurines de saint Nicolas).