Le cours du jus d'orange explose

Le cours du jus d'orange connaît une forte hausse cette semaine, sous l'effet d'une demande importante des consommateurs espérant qu'un peu de vitamine C les aidera à combattre le nouveau coronavirus.

Illustration
Plein écran
Illustration © Getty Images

La livre de jus d'orange a gagné plus de 20% en cinq jours pour atteindre jeudi 122,55 cents sur le marché new-yorkais, un niveau qu'elle avait atteint l'an dernier à la même époque mais sous lequel elle évoluait depuis.

Le jus d'orange est bien "l'un des plus gros gagnants sur les marchés" en ce moment, assure à l'AFP Stephen Innes, de AxiCorp, en raison de ses "propriétés immuno-stimulantes" qui ont mis un coup d'accélérateur à la demande.

"Cette réaction (des cours) n'est pas rare lors des épidémies de grippe, les consommateurs étant en demande de boissons plus saines", abonde François Sonneville, analyste chez Rabobank.

"La question de savoir si le jus d'orange est sain fait l'objet de nombreux débats (...) en raison de sa teneur naturellement élevée en sucre, mais il a été démontré que la vitamine C renforce le système immunitaire", a-t-il ajouté. 

Ce rebond des cours est accentué par les contraintes qui pèsent par ailleurs sur l'offre.

"Comme les avions sont pour la plupart cloués au sol, il devient difficile d'acheminer les oranges et la pulpe", complète M. Innes.

"De même, les consignes de distanciation sociale et les confinements compliquent la récolte" des fruits, a-t-il ajouté.

Avec les deux tiers de la production mondiale, selon des données compilées par Rabobank, le Brésil est de loin le premier producteur de jus d'orange sur la planète.

La plupart des flux commerciaux de jus d'orange vers l'Europe et le reste du monde en proviennent, bien que certains produits de qualité supérieure soient originaires, par exemple, d'Espagne.

"Le niveau important des stocks brésiliens nous permet cependant d'assurer qu'il n'y aura pas de situation de pénurie", a conclu M. Sonneville.

  1. Cyril et Maxime lancent la première cuillère comestible 100% liégeoise

    Cyril et Maxime lancent la première cuillère comestible 100% liégeoise

    Entre les gobelets et les ustensiles de cuisine, dans les festivals, les salons et autres foires, le plastique est roi. Des alternatives existent bien, comme le carton ou le bois, mais celles-ci sont presque toujours à usage unique. Cyril Ernst et Maxime Vanderheyden, deux amis liégeois, ont eu une idée plus écologique : la cuillère comestible Ecopoon. Un ustensile qu'ils espèrent pouvoir commercialiser d’ici un mois.