“Teddington”, une ancienne imprimerie reconvertie en temple de la bistronomie conviviale

Ouvert depuis le mois de novembre dans le quartier de la place Saint-Job, à Uccle, Teddington possède le bon goût, la souplesse et l’espace nécessaires pour attirer l’attention du plus grand nombre. Pour l’apéro, pour un “bolo”, pour un steak haut de gamme ou quelques chipirons. Voire le temps d’un cigare... 

Plein écran
Teddington © DR

Olivier et Catherine Lust, propriétaires de La Ligne Rouge à Lasne, ont décroché leur première étoile au guide Michelin un an et demi à peine après leur ouverture en mai 2017. Avec le talentueux Benjamin Laborie en cuisine, l’établissement jouit désormais d’une réputation d’excellence. Fiers de cette réussite indéniable, les trois associés ont inauguré un nouveau concept en novembre dernier, plus décontracté mais toujours aussi soigné: Teddington. Du nom de la ville d’Angleterre où le hockey sur gazon a écrit ses premières lettres de noblesse. Un sport auquel le maître des lieux a consacré 40 ans de sa vie. Une passion toujours aussi vivace au vu des cadres qui ornent les murs de cette ancienne imprimerie. Une ambiance post-industrielle où les vieilles briques et la charpente en bois côtoient les poutrelles d’acier et les conduits d’aération, où quatre cuves à bière trônent à l’étage comme autant de cerbères reconvertis en décor de caractère.  

Carte éclectique

Imaginée par Benjamin Laborie (ex-chef du Colonel), la carte est mise en scène par Alfonso Videira pour un menu éclectique qui sait s’ajuster aux besoins variés de sa clientèle. On peut en effet s’attabler ici le temps d’un apéro autour d’une assiette de fine charcuterie de l’Aubrac et du sud-ouest, de rillettes d’oie, de sardines et de tapas, le tout arrosé d’une des belles bouteilles dont la cave de la maison dispose. On peut également se contenter d’un “bolo”, de boulettes-frites-sauce tomate avec les copains ou opter pour une formule bistronomique plus aboutie. C’est bien là que le chef étoilé apporte son expertise avec quelques recettes familiales ou familières, dont sa cassolette de chipirons (calmars) à la basquaise agrémentée de fregola sarde (15€) ou encore sa noix de Saint-Jacques cuite au bouillon de bœuf, parfumée à la citronnelle, aux agrumes et aux champignons des bois (chanterelles, girolles, cèpes de Bordeaux, 18€). Deux entrées particulièrement réussies, subtiles et étonnamment aériennes. 

“Un endroit magique”

“C’est un endroit magique, un mélange de bois, de briques et de métal. L’idée était de recréer un lieu convivial où l’on peut venir boire un verre le long du comptoir ou dans les salons mis à disposition mais aussi profiter d’un repas plus gastronomique. On voulait à la fois offrir une formule entrée de gamme pour les jeunes, un spaghetti autour d’une bière, un ‘américain-frites’, des tomates aux crevettes, des choses simples, ou laisser le choix à la clientèle de partir sur une formule plus élaborée, avec des plats signature”, nous confie Olivier Lust. 

À la gloire du simmental

En plat de résistance, malgré un burger au lard de Colonnata et cheddar fort tentant, difficile de refuser la proposition d’un filet pur de boeuf simmental à la cuisson au four, conclue à la poêle, parfaitement maîtrisée (29€). Pour lui tenir tête, un saint-joseph 2017 de Louis Chèze (“Ro-Rée”), puissante et onctueuse syrah du Rhône septentrional aux arômes de fruits noirs. En accompagnement, des frites d’une qualité irréprochable, merveilleusement façonnées à la graisse blanc de boeuf. Délicieusement croustillantes à l’extérieur, tendres à l’intérieur, à baigner inlassablement dans une mayonnaise digne d’un déjeuner du dimanche chez grand-maman: des plaisirs simples mais indémodables, une madeleine de Proust à la belge, en somme. 

Petit bonus rare: l’opportunité, dans une pièce du grenier prévue à cet effet, d’apprécier un cigare en guise de dessert: Montecristo, Cohiba ou Partagas qui raviront les amoureux de havanes et de volutes bleues... 

Teddington

Chaussée de Saint-Job, 666

1180 Uccle

Facebook