Plein écran
DR © DR

“The Poet”, l’un des plus beaux comptoirs de Bruxelles

Refuge apaisant au cœur du quartier européen, The Poet ouvre une parenthèse à l’abri du vacarme urbain. Une forteresse aux multiples facettes qui semble aussi bien séduire le monde professionnel que le client en quête d’élégance, de confort et de tranquillité. Pièce maîtresse, son somptueux comptoir s’inscrit parmi les plus beaux de la capitale. Présentation.  

Ouvert depuis le début du mois de septembre, The Poet se fond dans les installations de l’hôtel Renaissance (Marriott) mais s’affranchit désormais de sa tutelle pour évoluer en toute indépendance. À deux pas de la place du Luxembourg et du “Caprice des dieux”, le restaurant s’articule autour d’un bar circulaire magnifié par l’architecte français Jean-Philippe Nuel, signature reconnue à l’échelle internationale pour ses créations hôtelières singulières. Les lieux invitent à la rêverie, à la détente et à la sérénité. On s’y arrête pour un café, pour travailler, pour déjeuner, pour “co-worker”, pour un dîner en tête-à-tête ou, au début de la nuit, le temps d’un verre. Accoudé au comptoir de marbre étincelant de l’îlot central, on se surprend alors à contempler, émerveillé, un défilé d’abat-jour surprenants, aux couleurs chaudes et envoûtantes.  

“Définir notre propre identité” 

Nous étions un hôtel-restaurant classique, avec ses trois services par jour, mais depuis quelques années, l’envie de définir notre propre identité frayait son chemin. Il fallait faire de cette surface quelque chose de nouveau, évoluer de façon plus autonome (NDLR: Marriott ne gère plus que l’hôtel). Nous sommes alors entrés en contact avec Jean-Philippe Nuel, un prestigieux architecte et décorateur d’intérieur français, très actif à Paris, et l’avons intégré au projet pour bénéficier de son talent et de son expertise. Nous recherchions un concept susceptible d’attirer l’attention d’une clientèle étrangère à l’hôtel et de nous distinguer de la place du Luxembourg: proposer une offre plus haut de gamme, tout en restant abordable, destinée aussi bien aux dîners d’affaires ou aux travailleurs de l’UE qu’aux Bruxellois. Bien qu’il ne s’agisse pas d’un espace de co-working, on peut en effet s’y arrêter pour déjeuner seul et travailler un peu, s’y retrouver pour un rendez-vous professionnel ou personnel. Parallèlement, nous mettons aussi à disposition des entreprises et des particuliers des salles privées, pour un team-building ou une réunion, et disponibles sur réservation. Évidemment, l’Union européenne porte le quartier et nous nous inscrivons dans ce cadre, d’où une certaine sophistication dans le décor, mais nous voulions aussi et surtout pratiquer des tarifs en adéquation avec les habitudes locales”, nous confie le directeur Jens Herklotz. 

Repas

En entrée, l’artichaut entier, s’imposait. Présenté “brut”, cuit à la vapeur, on le déguste pétale par pétale, successivement trempées dans une crème aigre au sel de Camargue, avant de le dépouiller jusqu’au cœur. Un rituel devenu rare, presque ludique. Les bractées s’amoncellent, puis vient le “fauchage” du foin avant d’apprécier le meilleur, enfin: le butin! Un trésor à mériter. En seconde entrée, pas de croquettes aux crevettes mais à la queue de bœuf avec une tapenade de tomate: le petit “twist" décalé recommandé par un serveur très amical. 

En plat principal, une tagliata de bœuf parfaitement assaisonnée et associée à un trio coloré de tomates, à de la roquette, du parmesan et une sauce magique, le chimichurri. Pour les profanes, cette vinaigrette argentine légèrement relevée est principalement composée de persil haché, de basilic, d’origan, de piment, d’ail, d’oignon, de vinaigre et d’huile d’olive: un mélange de saveurs qui se marie divinement avec la viande et devient vite indispensable.

Un dessert ? Largement rassasiés, nous hésitons mais la suggestion maison nous prend néanmoins par les sentiments: une tartelette aux pommes et caramel au beurre salé, combinaison surmontée d’une glace au lait d’amande et d’éclats de noisettes. Une gourmandise à la douceur infinie dont on ne se lasse décidément pas... 

The Poet

19, rue du Parnasse, 1050 Ixelles (quartier européen)

  1. Le Beaujolais Nouveau est arrivé: "Arrêtez les avis à l'emporte pièce sans savoir”

    Le Beaujolais Nouveau est arrivé

    Les premières bouteilles de la cuvée 2019 du Beaujolais Nouveau ont été débouchées ce jeudi à minuit, comme le veut la tradition née en France au début des années '50. Une fête célébrée dans plus de 110 pays. Les aléas climatiques des derniers mois (gel printanier, sécheresse, grêle...) ont livré un "millésime modeste en quantité mais ambitieux en qualité", note Inter Beaujolais, l'organisme regroupant les producteurs et négociants du vignoble.
  2. “Le Botaniste”, l’autre réussite commerciale d’Alain Coumont (Pain Quotidien)

    “Le Botaniste”, l’autre réussite commercia­le d’Alain Coumont (Pain Quotidien)

    Près de 30 ans après l'ouverture du premier Pain Quotidien à Bruxelles, le fondateur de la chaîne de restaurants-boulangeries, désormais présente dans plus d'une vingtaine de pays à travers le monde, revient avec "Le Botaniste", un concept exclusivement végétal. "Pas parce que c'est branché, mais par conviction", assure mercredi Alain Coumont, quelques jours après l'ouverture du troisième restaurant de l'enseigne en Belgique, dans un segment à faible concurrence.