Plein écran
Le restaurant Lola au Sablon. © DR

Une excellente brasserie place du Sablon

Depuis la mi-avril, le restaurant Lola a été repris par la famille Litvine qui ajoute ainsi un huitième établissement à son palmarès.

Cela faisait vingt-cinq ans que Lola régalait les gastronomes de la place du Sablon de sa fine cuisine. Au moment de passer la main, le propriétaire s’est naturellement tourné vers Serge Litvine à qui les reprises réussissent plutôt bien: voyez La Villa Lorraine, Odette en Ville et plus récemment Da Mimmo, restaurant étoilé italien à Woluwe-Saint-Lambert.

Après quelques coups de pinceaux, Lola a donc rouvert ses portes. La carte a été revisitée par le fils de Serge Litvine, Vladimir, mais reste dans la continuité de l’esprit brasserie avec des spécialités belges et des suggestions de saison. Le chef Larbi Ouriaghli Herizi est toujours en place mais les horaires du restaurant ayant été élargi, un autre chef a rejoint les cuisines de Lola: Marc Grislain qui est passé par La Villa Lorraine et Bozar. Car Lola est à présent ouvert 7 jours sur 7 et propose un service ininterrompu de 12 à 23 h le week-end, une option parfaite pour un déjeuner tardif!

Lola misant sur les spécialités belges, j’opte en entrée pour les croquettes aux crevettes maison. La panure est un peu épaisse à mon goût mais elles sont tout de même excellentes (et j’en ai goûtés beaucoup!). Accord parfait avec le Sancerre blanc Jean-Paul Picard & Fils proposé au verre. Mon compagnon de tablée choisit quant à lui le ceviche de bar, leche de tigre soit le petit jus acidulé dans lequel baigne le poisson selon la recette traditionnelle péruvienne. Il est ravi de ce choix, de même que de son Petit Chablis, Pas si Petit la Chablisienne .

Plein écran
Croquettes aux crevettes maison d'un côté de la table et ceviche de bar de l'autre. © 7sur7

Je décide de poursuivre dans les spécialités belges avec un surprenant homard-frites. La bestiole arrive décortiquée, ce qui s’avère très pratique et les frites sont sublimes. Mon voisin a choisi des côtes d’agneau en croûte, haricots verts et gratin dauphinois. La viande est vraiment excellente et servie parfaitement rosée mais le gratin est un peu sec. Le repas se conclut avec une tarte fine aux pommes servie tiède, glace et vanille et sublime chantilly maison.

Lola m’avait déjà convaincue lors d’une précédente visite il y a deux ans et cette reprise de flambeaux n’a pas modifié mon opinion. Le service est attentif et les prix raisonnables. Avec la qualité des mets, cela fait trois bonnes raisons d’y retourner!

Plein écran
Les côtes d'agneau en croûte d'herbes. © 7sur7