Plein écran

15 ans après la mort de Baudouin, les lettres affluent encore

Plein écran

Le 31 juillet 1993, le roi Baudouin s'éteignait, provoquant une manifestation d'émotion populaire sans précédent en Belgique. Quinze ans plus tard, son souvenir est toujours bien présent. Fabiola reçoit encore un abondant courrier consacré en grande partie à la mémoire du règne de son époux, a confié le porte-parole du palais royal.

Lors de la fête nationale le 21 juillet dernier, le roi Albert II avait consacré quasi l'entièreté de son discours à la mémoire son défunt frère et aux thèmes qui lui étaient chers.

A l'occasion du 15e anniversaire de la disparition du souverain Baudouin, une messe de commémoration sera célébrée le 31 juillet prochain à midi en l'Eglise Notre-Dame de Laeken. La reine Fabiola y assistera.

Une messe d'hommage, en présence de la famille royale, avait déjà été célébrée en février dernier en l'Eglise Notre-Dame à Laeken, à la mémoire des membres défunts de la famille royale, et en particulier à l'occasion du 15e anniversaire du décès du roi Baudouin.

En outre, comme chaque année, la crypte royale de Laeken sera ouverte au public le 31 juillet de 10h à 17h.

Le monde de la littérature s'associe au souvenir de feu le souverain, avec la publication aux éditions Luc Pire de Baudouin. Chemin de roi, chemin de croix. L'ouvrage, de l'historien et chroniqueur Henri Deleersnijder, parcourt les principales étapes du long règne du roi, et cela essentiellement à partir de l'indépendance du Congo et de son mariage avec Fabiola en 1960.

La Poste n'émet pas de timbres spéciaux à l'occasion de ce 15e anniversaire de la mort de Baudouin. Une série de trois timbres avait été émise en juin dernier pour les 80 ans de la reine Fabiola et deux de ces timbres affichent le couple royal, a-t-on indiqué à La Poste.

Il y a 15 ans, l'annonce du décès du roi Baudouin provoquait une véritable onde de choc. La Belgique entière était plongée dans un deuil profond. Entre le jour du décès et celui des funérailles (7 août 1993), des dizaines de milliers de Belges se sont rassemblés devant le palais de Bruxelles pour témoigner leur sympathie à la famille royale et leur attachement à un souverain qui leur apparaissait comme un "symbole d'unité nationale" dans une Belgique devenue fédérale.

Pendant toute la semaine, bouquets de fleurs, bougies et messages de condoléances se sont amoncelés devant les grilles du palais. Partout dans les rues, dans les vitrines des magasins, derrière les pare-brise des voitures, des photos du roi Baudouin cernées de noir apparaissaient.

Baudouin est né à Bruxelles au Château du Stuyvenberg, le 7 septembre 1930. A l'issue du règne de son père Léopold III, secoué par la question royale, Baudouin a prêté le serment constitutionnel le 17 juillet 1951 en tant que cinquième roi des Belges. Au moment de monter sur le trône, il était un jeune célibataire de 20 ans. Il a épousé l'Espagnole Dona Fabiola de Mora y Aragon le 15 décembre 1960. Le couple royal n'a pas eu d'enfant.

De grands événements ont traversé son règne tels que l'exposition universelle à Bruxelles en 1958, la proclamation de l'indépendance du Congo belge (le 30 juin 1960) et la fédéralisation de la Belgique.

Baudouin a notamment marqué les esprits en 1990 lorsqu'il avait refusé de signer le projet de loi sur la dépénalisation de l'avortement. La notion d'impossibilité de régner telle qu'utilisée en 1990 par le roi et le gouvernement, pour des raisons morales, avait été considérée comme un cas sans précédent dans l'histoire du pays.

A l'occasion du 25e anniversaire de son règne, le souverain avait demandé, en 1976, la mise sur pied d'une Fondation qui porte son nom et dont les objectifs répondent à ses préoccupations sociales: entre autres la lutte contre la pauvreté et les exclusions sociales, la formation des jeunes et l'environnement.

Après plusieurs années de problèmes de santé, le roi Baudouin est décédé le 31 juillet 1993 des suites d'une crise cardiaque dans sa maison de vacances à Motril en Espagne. Son frère Albert lui a succédé. (belga)