La princesse Elisabeth rejoindra dès le 31 aout l'Ecole Royale Militaire à Bruxelles pour y suivre une formation d'un an en sciences sociales et militaires.
Plein écran
La princesse Elisabeth rejoindra dès le 31 aout l'Ecole Royale Militaire à Bruxelles pour y suivre une formation d'un an en sciences sociales et militaires. © Palais Royal.

À l'École Royale Militaire, la princesse Elisabeth “sera une élève comme les autres”

Mise à jourLa princesse Elisabeth rejoindra l'Ecole Royale Militaire (ERM) lors de la rentrée scolaire pour y suivre une formation d'un an en sciences sociales et militaires, signale un communiqué de presse du Palais royal, diffusé mercredi matin. Pour autant, son statut royal ne lui garantira aucun traitement de faveur, assure à RTL info le Colonel Thierry Pirenne, directeur de la formation de base des officiers.

La princesse, qui a célébré ses 18 ans l'automne dernier, clôturera son cycle de scolarisation à l'UWC Atlantic College au pays de Galles Atlantic College le 23 mai prochain. 

Après la pause estivale, celle qui est aussi Duchesse de Brabant, rejoindra dès le 31 aout, l'Ecole Royale Militaire à Bruxelles pour y suivre une formation d'un an en sciences sociales et militaires, détaille le Palais. "En rejoignant l'ERM, la Princesse s'inscrit dans une longue tradition de la Famille Royale", souligne le communiqué.

Lire la suite sous la vidéo

Un entraînement à la dure

Lors de son discours prononcé à l’occasion de sa cérémonie d’anniversaire, la Princesse avait remercié ses professeurs gallois. “Votre savoir-faire et votre enthousiasme contagieux m’ont ouverte au monde, à l’art, à la musique et au sport”, avait-elle déclaré à leur égard.

“La formation en sciences sociales et militaires débutera le 31 août. La Princesse se rendra, dans la foulée, au camp militaire d’Elsenborn pour une phase d’initiation. Après quatre semaines, elle recevra le béret bleu de l’Ecole royale militaire. Et c’est au début du mois d’octobre qu’a lieu, habituellement, l’ouverture officielle de l’année académique, avec un défilé prévu à Bruxelles”, précise un porte-parole du Palais. La promotion compte en moyenne 20% de femmes. Le programme propose notamment des cours en communication, relations internationales, géopolitique et management.

La Princesse héritière suivra, tout comme les autres élèves, sa formation en internat. Au terme de son année, elle décrochera un certificat.

Pas de traitement de faveur

En plus de la formation académique et des cours universitaires, la future Reine des Belges sera formée en tant que militaire, avec tout ce que cela implique. “lls (les élèves) ont des exigences et des périodes intensives de sport. Ils sont suivis en permanence et coachés sur le plan caractériel”, explique le Colonel Thierry Pirenne, directeur de la formation de base des officiers, interrogé par RTL info.

Les élèves de l’ERM doivent se lever à 6h00 pour débuter les cours à 7h45. Et pas question de traitement de faveur, que l’on soit de sang royal ou non. “La princesse va être une élève parmi les autres qui va avoir le même régime que les autres élèves et c’est également voulu pour qu’elle puisse s’intégrer au plus vite au sein du groupe de sa promotion”, assure le Colonel Thierry Pirenne.

Plein écran
© BELGA
Plein écran
© BELGA
Plein écran
© AP
Plein écran
© Photo News
Plein écran
© BELGA_HANDOUT
  1. Les proches de la princesse Marie-Christine inquiets: “Elle est manipulée par son mari”

    Les proches de la princesse Ma­rie-Christine inquiets: “Elle est manipulée par son mari”

    Le sort de la princesse Marie-Christine, la tante du roi Philippe, qui vit aux États-Unis et qui a coupé les ponts avec ses amis et sa famille, suscite l’inquiétude. Selon des proches, son mari Jean-Paul Gourgues la manipulerait. “Il peut lui dire ce qu’il veut. Il lui a même fait craindre de prendre l’avion pour pouvoir jouer sa fortune”, a raconté un vieil ami au magazine flamand Story. La princesse Esmeralda, la sœur de Marie-Christine, a également partagé ses inquiétudes dans l’hebdomadaire.