Plein écran
© Photo News

La princesse Claire infectée par le Covid-19: “Le prince Laurent a payé les frais médicaux au prix fort”

Nous vous en parlions hier sur 7sur7: le prince Laurent et sa famille ont été durement touchés par la maladie. Après avoir “enduré une longue et lourde maladie” à la fin de l’année dernière, la princesse Claire a été contaminée au Covid-19 dans le courant du mois de mars, comme l’a confirmé son époux dans un entretien accordé au Nieuwsblad. “Et nous n’avons pas de sécurité sociale”, a déclaré le prince. “Il a payé les frais médicaux au prix fort”, a ajouté l’avocat de Laurent à nos confrères de Het Laatste Nieuws. 

Le Covid-19 a frappé la famille du prince Laurent au début du mois de mars. Aujourd'hui tirée d’affaire, la princesse Claire a été infectée par le virus qui est venu s’ajouter à une maladie dont elle souffrait depuis six mois. “Parce que je veux rester discret, j’appellerai cela une longue maladie”, a déclaré le prince. “C’est une femme forte et j’ai bon espoir qu’elle guérisse complètement. Elle fait la cuisine maintenant et j’aide là où je peux. Pendant ce temps, les enfants s’occupent du jardin”.

Selon son avocat, Laurent Arnauts, la maladie a pesé lourdement sur les finances de la famille. “Le prince ne bénéficie pas du système normal de sécurité sociale, sa famille non plus. Lorsqu’il est malade, cela peut être dramatique. Avec son salaire limité, le prince a payé les frais médicaux au prix fort”.

Laurent reçoit une dotation annuelle de 320.000 euros. La majeure partie de cette somme est consacrée aux frais personnels et de fonctionnement (228.000 euros). 92.000 euros sont considérés comme des salaires, et sont donc taxés. L’octroi d’une dotation royale interdit aux membres de la famille royale d’exercer un travail rémunéré. “Et le système ne donne pas accès au système de sécurité sociale et de pension, en raison de l’absence d’un employeur. Après tout, c’est une dotation”, explique son avocat. On ignore si Laurent dispose d’une assurance privée. La princesse Astrid a quant à elle accès à la sécurité sociale grâce à son mari Lorenz, qui travaille en tant que banquier.

“Urgence”

Selon Maître Arnauts, ce système pourrait avoir de lourdes conséquences pour la famille du prince. “S’il devait mourir à cause du Covid-19, par exemple, sa dotation tomberait et la princesse Claire ne pourrait pas réclamer de pension de survie pour elle et les enfants. Elle n’aurait droit qu’au CPAS”.

Le spécialiste de la monarchie Herman Matthijs, qui est également professeur de finances publiques aux universités de Gand et de Bruxelles, nuance: “Le fait que Laurent n’ait pas de pension est hors sujet. Il reçoit une dotation jusqu’à sa mort. Elle est suffisamment importante pour lui permettre d’épargner pour la pension de sa femme et de souscrire une assurance maladie privée. De plus, il peut s’attendre à recevoir un jour une partie de l’énorme héritage de son père”.

Plein écran
© AP

Mais selon Maître Arnauts, il s’agit d’une “urgence”. Le prince fait en effet partie de la population à risque face au coronavirus après avoir contracté une pneumonie et été plongé dans un coma artificiel en 2014. “La famille est déjà en état d’urgence en raison de l’état de santé précaire du prince. C’est un accident qui ne demande qu’à se produire”, conclut l’avocat.

Fonds libyens

Contrairement à ce qui a été suggéré dans la presse, le prince n’a pas demandé d’aide financière aux collaborateurs du Roi, mais des conseils pour relancer son ASBL GSDT (Global Sustainable Development Trust). “L’État belge a été condamné par la cour à débloquer les 50 millions d’euros que la Libye devait me verser pour un projet de reforestation dans le désert. De l’argent qui n’est pas pour moi, mais pour l’ASBL que j’avais fondée. Le cabinet de mon frère veut maintenant exhorter les politiciens à appliquer efficacement le verdict du tribunal”, a expliqué le prince.

De son côté, le Palais Royal nie de telles démarches. “Les conseils ne sont donnés que pour aider à l’exécution des verdicts et des jugements en faveur de l’ASBL. Des discussions sont en cours depuis un certain temps qui nécessitent l’intervention de plusieurs autorités, et le cabinet du Roi essaie d’y contribuer”.

  1. À l'École Royale Militaire, la princesse Elisabeth “sera une élève comme les autres”
    Play
    Mise à jour

    À l'École Royale Militaire, la princesse Elisabeth “sera une élève comme les autres”

    La princesse Elisabeth rejoindra l'Ecole Royale Militaire (ERM) lors de la rentrée scolaire pour y suivre une formation d'un an en sciences sociales et militaires, signale un communiqué de presse du Palais royal, diffusé mercredi matin. Pour autant, son statut royal ne lui garantira aucun traitement de faveur, assure à RTL info le Colonel Thierry Pirenne, directeur de la formation de base des officiers.