Plein écran
La reine Mathilde, Présidente d'honneur d'UNICEF Belgique, et sa fille Elisabeth ont visité le Kenya avec l’UNICEF © Photo News

Le retour en avion mouvementé de la reine Mathilde

La mission au Kenya avec sa fille Elisabeth s’est déroulée à la perfection, mais le vol de retour de la reine Mathilde a été plus compliqué. L’avion de la compagnie aérienne KLM, qui reliait Nairobi à Amsterdam avec à son bord la Souveraine mais aussi une horde de journalistes, a rencontré des problèmes “opérationnels” qui l’ont retardé de plus de trois heures, faisant partir le convoi royal à plus de 3 heures du matin.

Quatre heures d’attente avant de décoller, voilà un traitement tout sauf royal. La Reine s’est retrouvée coincée à Nairobi à l’issue de sa mission au Kenya encadrée par UNICEF. L’avion, qui devait décoller peu après 23 heures hier, n’a quitté le tarmac qu’à 3h15 du matin, accusant un retard forcé par un cas d’urgence. Un défaut sur l’appareil, sur lequel la compagnie n’a pas communiqué davantage, a causé le retard du vol nocturne.

Une fois à l’aéroport de Schiphol, les voyageurs ont appris que leur connexion KLM pour Bruxelles était reportée à... dix heures plus tard. La Reine, elle, est retournée vers la capitale belge en voiture et les accompagnateurs de Mathilde au Kenya ont finalement obtenu, en faisant savoir la raison de leur voyage, un second vol plus promptement qu’annoncé.

Une fois que le retard d'un vol international de plus 3.500 km excède quatre heures, la loi européenne en faveur des voyageurs prévoit une indemnisation à hauteur de 600 euros. Dans le cas de Mathilde et du reste des invités de la mission, il s’agissait d’un retard de 3h50 qui ne leur donnera donc droit à aucune indemnité.