Plein écran
© Photo News

Meghan Markle reçoit le soutien de 72 femmes députées

Plus de 70 députées britanniques ont adressé une lettre de soutien à la duchesse de Sussex, après que celle-ci a confié se sentir vulnérable à cause de sa surmédiatisation. 

“En tant que femmes parlementaires issues de diverses tendances politiques, nous voulons exprimer notre solidarité envers vous en prenant position contre le caractère souvent déplaisant et trompeur des reportages publiés dans certains de nos journaux nationaux ciblant votre personne et votre famille”, peut-on lire dans une lettre ouverte publiée ce mardi 29 octobre par l’ensemble des femmes députés du parlement britannique. 

En effet, alors qu’elle était en mission officielle en Afrique du Sud le mois dernier, Meghan Markle s’était exceptionnellement confiée à cœur ouvert lors d’un documentaire diffusé sur la chaîne ITV. Elle avait expliqué qu’elle se sentait vulnérable et s’est dite déçue que personne ne s’en préoccupe. Il est vrai que la duchesse de Sussex est victime d’une surmédiatisation et que tous ses faits et gestes sont observés et très souvent critiqués. Son mari, le prince Harry, avait d’ailleurs décidé de poursuivre en justice le tabloïd britannique “Mail on Sunday”, après la publication d’une lettre que sa femme aurait écrite à son père. Il avait également dénoncé l’acharnement médiatique auquel son épouse est confrontée.

Dans cette lettre de soutien, les députées ont précisé qu’elles souhaitaient “que les médias nationaux puissent à présent faire le tri entre les informations qui relèvent de l’intérêt national ou du caractère privé, quand ils cherchent à atteindre une femme”. Elles ont également affirmé qu’elles tenteraient d’agir à leur manière pour améliorer la situation actuelle. “Ayez l’assurance que nous sommes solidaires avec vous à cet égard. Nous utiliserons les moyens dont nous disposons pour que la presse nationale britannique accepte votre droit à la vie privée et fasse preuve de respect, et qu’enfin leurs récits reflètent au mieux la vérité”, ont-elles conclu.