Plein écran
Charlene de Monaco © Getty Images

Qu’est-il arrivé au visage de Charlene de Monaco?

Fin du mois dernier, Charlene de Monaco est réapparue en public à l’occasion du Grand Prix de Monaco, après ne plus s’être montrée durant quelques semaines. L’épouse du prince Albert, âgée de 41 ans, semble avoir subi des interventions de chirurgie esthétique durant son absence, à en croire les clichés de son visage tiré.

Plein écran
Grand Prix de Monaco, 26 mai 2019 à Monte Carlo © Photo News

Lewis Hamilton a remporté le prestigieux Grand Prix monégasque devant Sebastian Vettel fin mai, mais c’est Charlene de Monaco qui frappe le plus sur les photos de l’événement. Les photographes ont été irrésistiblement attirés par les traits de l’ancienne nageuse qui a visiblement (lourdement) eu recours à la chirurgie esthétique dernièrement, ses lunettes noires ne parvenant pas à cacher les récentes opérations. Son visage tiré, aux expressions peu naturelles (toutes les photos ci-dessous), n’a désormais plus rien à voir avec celui de la championne qui avait concouru aux Jeux olympiques. La Princesse n’en est pas à sa première intervention de chirurgie esthétique. En couple avec Albert de Monaco depuis 2000, elle présentait de premiers signes de transformation à peine six ans plus tard et ce malgré son jeune âge. Son apparition au bal de la Croix-Rouge avait alors créé l’événement: plus une ride d’expression ne ponctuait son visage grâce au botox, à des “fillers” et un lifting. Elle était méconnaissable. Elle a également recouru plus tard à une augmentation mammaire.

Plein écran
Charlene Wittstock als Olympisch zwemster voor Zuid-Afrike © rv

Pression médiatique

Charlene Lynette Wittstock, vrai nom de la nageuse sud-africaine, a reconnu au préalable avoir eu quelque peine à intégrer la cour monégasque. Marcher dans les traces de Grace Kelly, grande beauté dont Monaco garde un souvenir vivace, n’a pas été aisé pour elle. “Quand je suis arrivée au palais, personne ne m’a donné le mode d’emploi pour devenir une princesse. Les murs du château n’avaient plus vu de couple royal depuis vingt ans”, expliquait-elle à l’époque dans Paris Match pour expliquer la pression qui reposait sur ses épaules. 

Plein écran
Charlene en 2010, juste avant ses fiançailles avec le prince Albert © AFP

“Ce fut un défi pour moi de m’adapter au monde particulier dans lequel mon mari évoluait. Ma famille et mes amis me manquaient, tout comme mener une vie normale me manquait (...) Mais mon mari a toujours été d’un grand soutien, mon refuge”, confiait-elle.

Plein écran
Le prince Albert II de Monaco et la princesse Charlene. Soirée de Gala du 77ème Grand Prix de Formule 1 à Monaco le 26 mai 2019 © Photo News
Plein écran
Grand Prix de Monaco, 26 mai 2019 à Monte Carlo © Photo News
Plein écran
Grand Prix de Monaco, 26 mai 2019 à Monte Carlo © Photo News
Plein écran
Grand Prix de Monaco, 26 mai 2019 à Monte Carlo © Photo News
Plein écran
Grand Prix de Monaco, 26 mai 2019 à Monte Carlo © Photo News
Plein écran
Charlene de Monaco, Lewis Hamilton, le prince Albert © Photo News
Plein écran
Grand Prix de Monaco, 26 mai 2019 à Monte Carlo © Photo News
Plein écran
Grand Prix de Monaco, 26 mai 2019 à Monte Carlo © Photo News
Plein écran
Grand Prix de Monaco, 26 mai 2019 à Monte Carlo © Photo News
Plein écran
Albert de Monaco et Charlene, Grand Prix de Monaco, 26 mai 2019 à Monte Carlo © Photo News
Plein écran
Charlene de Monaco félicite le vainqueur, Lewis Hamilton © AFP
Plein écran
Charlene of Monaco aux essais du Grand Prix le 25 mai à Monte Carlo © AFP
Plein écran
Le Prince, la Princesse et leurs jumeaux, le 11 mai 2019 © REUTERS
  1. “Il faut réduire le fossé entre les plus aisés et les plus démunis”
    Play

    “Il faut réduire le fossé entre les plus aisés et les plus démunis”

    Les Journées européennes du développement (JED) sont organisées par la Commission européenne depuis 2006, dans le but de rassembler les acteurs du développement durable autour d'une même table. Cette 13e édition est centrée sur la lutte contre les inégalités, l'un des 17 ODD fixés par les 193 Etats membres de l'Onu. La Reine, défenseur des ODD depuis 2016, a pointé que la réduction des inégalités "dans les pays et d'un pays à l'autre couvre un champ très vaste". Pour mettre en œuvre cet objectif, il faut "réduire le fossé entre les plus aisés et les plus démunis, promouvoir l'inclusion dans la société des groupes marginalisés, mettre fin aux discriminations de tous ordres, créer des filets de sécurité pour les plus pauvres", a-t-elle énuméré. "Personne ne doit être laissé pour compte, chacun doit être pris en considération", a-t-elle poursuivi, mettant en exergue un des principes de l'Agenda 2030, "Leaving no one behind", un slogan affiché par tous les organisateurs de ces JED. La souveraine a également souligné que la réduction des inégalités ne pouvait se faire sans la réalisation des autres ODD, qui ont aussi pour but de "réduire la pauvreté, d'éliminer la faim, de garantir à tous la santé et le bien-être".