Donald Trump.
Plein écran
Donald Trump. © AFP

Trump ne veut pas payer pour la protection de Harry et Meghan en Californie: "Ils doivent payer!”

Donald Trump a un message pour le prince Harry et son épouse Meghan, qui viennent de s'installer en Californie: il ne veut pas que les États-Unis payent pour leur protection.

"Je suis un grand ami et un grand admirateur de la reine et du Royaume-Uni", a tweeté le locataire de la Maison Blanche deux heures avant son point de presse quotidien sur le coronavirus.

Évoquant la décision de Harry et Meghan de renoncer à s'installer de manière permanente au Canada et de déménager en Californie, il a ajouté: "Les États-Unis ne paieront pas pour leur protection". "Ils doivent payer!”, a-t-il conclu, sans donner les raisons de cet emportement soudain.

Fonds privé

Il n’a pas fallu longtemps pour que le camp de Harry et Meghan réagisse. “Ils n’avaient pas du tout l’intention de demander des fonds aux États-Unis”, a déclaré un porte-parole au nom du couple. “Leur sécurité est payée par un fonds privé”. Le coût de leur sécurité s’élève à 8 millions de dollars (7,2 millions d’euros) par an. Une somme qui inclut notamment les salaires de neufs agents de sécurité qui font régulièrement la navette entre le Royaume-Uni et les États-Unis.

La semaine dernière, le couple a, selon le tabloïd The Sun, pris un jet privé pour Los Angeles, au moment où le Canada et les États-Unis s'apprêtaient à fermer leur frontière pour lutter contre la propagation du Covid-19. Meghan, ancienne actrice américaine, compte de nombreux amis en Californie, où vit aussi sa mère Doria.

Plein écran
© EPA
  1. À l'École Royale Militaire, la princesse Elisabeth “sera une élève comme les autres”
    Play
    Mise à jour

    À l'École Royale Militaire, la princesse Elisabeth “sera une élève comme les autres”

    La princesse Elisabeth rejoindra l'Ecole Royale Militaire (ERM) lors de la rentrée scolaire pour y suivre une formation d'un an en sciences sociales et militaires, signale un communiqué de presse du Palais royal, diffusé mercredi matin. Pour autant, son statut royal ne lui garantira aucun traitement de faveur, assure à RTL info le Colonel Thierry Pirenne, directeur de la formation de base des officiers.