Plein écran
© getty

2033 personnes dans le monde reçoivent encore une pension de guerre allemande

L'Allemagne verse 787.740 euros par mois à 2.033 bénéficiaires à l'étranger à titre d'indemnité d'invalidité de guerre, rapportent vendredi le journal allemand Bild et plusieurs magazines allemands. D'anciens collaborateurs belges - 18 selon les dernières estimations - bénéficieraient d'une pension à titre d'invalides/victimes de guerre. Sans en dévoiler l'identité, le ministère allemand du Travail a indiqué qu'ils ne faisaient pas partie de la SS.

Des indemnités sont versées par l'Allemagne aux victimes de guerre depuis 1950. Selon le ministère allemand du Travail, les pensions sont octroyées pour des problèmes de santé liés au service militaire par exemple mais pas pour appartenance à la Wehrmacht ou la SS. L'annulation de ces prestations est possible si les principes d'humanité ou légaux ont été violés durant la période nazie.

Actuellement, 2.033 personnes bénéficient d'une pension à titre de dommages de guerre dont 435 Allemands vivant à l'étranger, pour un montant de 787.740 euros mensuels.

Également controversée en Allemagne
Ce type de pension est aussi controversé en Allemagne puisque d'anciens criminels de guerre nazis et collaborateurs étrangers pourraient en bénéficier. La législation allemande permet aux länder - en charge des paiements des pensions- de les suspendre.

La commission des Affaires étrangères de la Chambre a adopté mardi une proposition de résolution d'Olivier Maingain (DéFI) demandant au gouvernement belge de requérir la liste des bénéficiaires d'une pension allemande séjournant sur le territoire belge, condamnés pour collaboration avec le régime nazi. L'objectif est de mettre un terme à l'octroi de ces pensions.

Ces revenus échappent au fisc belge
Le groupe "Mémoire-Herrinering", qui rassemble des rescapés des camps de concentration nazis et des citoyens engagés en faveur du devoir de mémoire, a mis ce fait en lumière en mai 2016 à l'occasion de la commémoration des 71 ans de la fin de la Seconde Guerre mondiale. Il apparaît en outre que ces revenus - de 400 à 1.300 euros environ - échappent au fisc belge.